Salut les gamers!

À l’aube du 16e siècle, l’Amérique est un endroit difficile mais aussi prometteur pour les colons de ce nouveau monde. Trouvé par hasard en cherchant de nouvelles routes maritimes vers les îles au épices, ce continent offre des territoires qui doivent encore être explorés, de nouvelles ressources prêtes à être exploitées et un nouveau peuple de natifs avec qui négocier. Utilisez vos pionniers pour obtenir des ressources et faire de votre colonie la plus prospère dans Century: Un Nouveau monde.

Nombre de joueurs: 2 à 4 joueurs

Durée d’une partie: 30 à 45 minutes

Public: 8 ans et plus

Créateurs: Emerson Matsuuchi

Éditeurs: Plan B Games, Asmodee

Sortie: 2019

Century: Un nouveau monde est un jeu de placement d’ouvriers et de gestion de ressources. Les joueurs doivent obtenir les ressources nécessaires pour payer le coût des cartes de points disponibles. À son tour, un joueur a le choix entre récupérer tous ses meeples sur le plateau et les ramener sur sa réserve personnelle ou jouer des meeple sur un lieu du plateau depuis sa réserve personnelle. S’il ajoute des meeples au plateau, le joueur doit poser le nombre de meeples indiqués sur le lieu et ensuite utiliser l’action de ce lieu. Si un ou des meeples d’un autre joueur sont déjà présents sur la case d’action, le joueur doit alors y mettre un nombre de meeples égal à la quantité déjà présente plus un sans tenir compte du chiffre indiqué sur la case et les meeples qui étaient déjà présents sont alors retournés dans la réserve personnelle de leur propriétaire. Lorsqu’un joueur veut se procurer une carte de point, il dépose les meeples requis sur le lieu fortifié, retourne à la réserve générale les ressources indiquées et prend la carte qu’il dépose près de lui. Le joueur a alors aussi la possibilité de prendre une tuile de points bonus à ce même endroit. Lorsqu’un joueur obtient sa huitième carte de points, le tour de table est complété et la partie est terminée. Le joueur avec le plus de points remporte la victoire.

Visuellement le jeu n’est pas mal du tout. Certains peuvent trouver que le graphisme sur les plateaux leur donne l’air d’être un peu chargés, mais personnellement j’aime bien quand le décor vient remplir le plateau à condition que les éléments pertinents du jeu soient bien visibles. Pour moi, les cases d’actions sur les lieux pour créer, échanger et évoluer des ressources étaient suffisamment claires pour que les décor ne soit pas dérangeant mais bienvenue. Tout est très clair aussi sur les tuiles d’exploration et sur les tuiles de bonus. Les ressources sont encore une fois rangées dans de petits bols, ce qui fait qu’il est plus facile de les sortir de la boîte et de les avoir à portée de main, mais l’effet de glissement dans le fond arrondi fait en sorte, encore une fois, qu’il est parfois difficile d’agripper plusieurs cubes à la fois. De façon générale je trouve que l’aspect visuel est donc agréable et fonctionnel et c’est une question de thématique qui décide un peu si le tout peut être plus époustouflant. Je fais un parallèle rapide avec les versions “golem” des deux premiers Century qui sont visuellement beaucoup plus intéressantes, à mon avis, autant au niveau des dessins que du matériel du jeu. Ceci étant dit, la trilogie originale de Century a quelque chose que l’édition “golem” n’a pas: la continuité du paysage lorsque l’on met les trois boîtes collées ensemble.

La mise en place du jeu est simple et tout est très bien indiqué sur le carton recto-verso qui contient les règles. Une annexe se tient aussi sur un autre carton afin d’apporter des explications détaillées sur certains lieux si les joueurs en ont besoin. Le plateau est composé de 4 plateaux dont 3 sont toujours les mêmes d’une partie à l’autre (plateaux A1, B1 et C1) alors que le 4e peut être changé (D1, E1 ou F1). Des tuiles d’exploration sont ajoutées au hasard  sur certains lieux qui sont verrouillés au début de la partie et ne peuvent donc pas être utilisés par les joueurs. Des tuiles de bonus sont aussi ajoutées au hasard sur les lieux fortifiés, offrant différentes possibilités de marquer des points supplémentaires à la fin de la partie. Le chapitre de mise en place explique aussi quelles cartes de points doivent être retirées et conservées en fonction du nombre de joueurs et si le jeu est joué seul ou avec les autres Century

Le jeu reprend les mécaniques de base que les joueurs connaissent des jeux Century précédents (La route des Épices et Merveilles Orientales) qui consistent à obtenir de nouvelles ressources, échanger certaines ressources contre d’autres et faire évoluer des ressources. Alors que le premier Century utilisait la mécanique de “deck et engine building” et que le second démontrait la mécanique de livraison, ce nouveau titre apporte avec lui plutôt la mécanique de placement d’ouvriers qui est une mécanique de jeu que j’aime beaucoup. Les joueurs doivent gérer la quantité de meeples à leur disposition, tenter d’augmenter cette quantité et décider quel lieu visiter pour rentabiliser au mieux leur tour. Est-il préférable d’utiliser moins de meeples mais d’étendre ses échangent sur plusieurs tours ou vaut-il mieux utiliser plus de meeples d’un coup et déplacer un adversaire pour profiter d’un lieu en particulier? S’il lui reste un seul meeple dans sa réserve, est-ce que le joueur est mieux de l’utiliser pour une dernière action ou passer et récupérer tous ses meeples pour avoir plus d’options le tour suivants? C’est une nouvelle gestion qui ne sera pas sans rappeler un peu la gestion de la main de carte dans Century: La Route des Épices

Lorsque les joueurs obtiennent des cartes de points, il est important de noter que non seulement chaque carte vaut un certain nombre de points mais que chacune possède aussi un symbole et un bonus en haut de la carte. Il y a quatre symboles: un capteur de rêves, un marteau, une sacoche et une rose des vents. Ces symboles sont importants car ils servent à marquer des points en fonction des tuiles bonus qu’un joueur peut avoir ramassé pendant la partie. Il devient donc important de regarder les points qu’une carte donne à un joueur mais aussi le symbole qui lui est associé pour maximiser les points bonus obtenus. De plus, les cartes de points offrent des bonus. Certaine cartes permettent au joueur d’augmenter le nombre de meeples dans sa réserve personnelle, d’autres permettent au joueur d’obtenir des ressources bonus ou d’utiliser un meeple de moins que nécessaire lorsqu’il visite certains types de lieux tandis que les cartes d’explorations offrent toujours le même bonus: obtenir une tuile d’exploration. Lorsqu’un joueur obtient une tuile exploration, il déverrouille pour tous les joueur le lieu où se trouvait la tuile obtenue, mais il obtient aussi le bonus de cette tuile qui peut être des cubes de ressources, des points de victoire, un symbole comme les cartes de points ou un meeple supplémentaire.

Les cotes de Mike: (et des joueurs présents à la partie au Jeuxjubes, sur 10)

Qualité graphique: Mike 7 / Joueurs 6.5

Qualité des composants: Mike 8 / Joueurs 7.5

Facilité d’apprentissage: Mike 8 / Joueurs 8

Bon fonctionnement des mécaniques: Mike 8 / Joueurs 8

Appréciation générale: Mike 8.5 / Joueurs 7.5

J’ai beaucoup aimé Century: Un nouveau monde. Je suis heureux de retrouver des mécaniques de jeu connues des Century précédents mélangées à de nouvelles mécaniques de jeu. Je vous recommande de faire la découverte de ce jeu car j’ai vraiment apprécié. Ma plus grosse déception, qui était présente aussi pour Century: Merveilles Orientales, est que le jeu se joue seulement de 2 à 4 joueurs alors que le tout premier, Century: La Route des Épices peut accueillir de 2 à 5 joueurs. Je trouve dommage que le premier titre de la trilogie permet un maximum de 5 joueurs mais pas les 2 autres. C’est d’autant plus dommage lorsque l’on commence à jouer aux jeux en les mélangeant. Car bien entendu, comme c’était annoncé, ce Century peut se jouer en le mélangeant au premier, au deuxième ou en mélangeant toute la trilogie ensemble. Je vous prépare d’ailleurs un article sur Century: La Trilogie qui parlera un peu des différents modes de jeu lorsque l’on possède les trois titres.

Comme toujours, n’hésitez pas à laisser commentaires, questions et suggestions sur l’article.

Soyez bon joueur!

Compte instagram: rmike81


Michel Rondeau

Grand fan de jeux de toutes sortes. On me dit bon vulgarisateur pour présenter des jeux et accompagner les nouveaux joueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *