Salut les gamers!

Pendant l’ère de la Mésoamérique, de grandes civilisations étaient en pleine expansion. En tant que chef d’une d’une noble famille, venez vous aussi prendre part à l’histoire. Attirez-vous la faveur des dieux et obtenez de la gloire pour votre famille en construisant la Grande Pyramide du Soleil dans Teotihuacan: La Cité des Dieux.

Nombre de joueurs: 1 à 4 joueurs

Durée d’une partie: 90 à 120 minutes

Public: 12 ans et plus

Créateurs: Daniele Tascini et David Turczi

Éditeurs: Pixie Games

Sortie: 2018

Teotihuacan est un jeu de placement d’ouvriers et de gestion de ressources. Le jeu se déroule sur trois ères se terminant toutes par une éclipse. Les joueurs possèdent des ouvriers sous la forme de dés qui se promènent autour du plateau sur les différentes zones de jeu, devenant de plus en plus efficaces à mesure que le jeu progresse. Pour marquer des points, les joueurs doivent construire des maisons, ajouter des tuiles à la pyramide, ajouter des décorations à la pyramide, grimper les marches des temples et collectionner des masques sacrés et des découvertes. Il y a 8 espaces de jeu autour du plateau permettant des actions différentes. Au centre du plateau, on retrouve les temples, la grande pyramide, l’Allée des Morts et le calendrier. Chaque joueur commence avec 3 ouvriers disposés sur le plateau. À son tour, le joueur passe son tour et libère ses ouvriers non-disponibles gratuitement ou joue un tour normal. Dans un tour normal, il doit choisir l’un de ses ouvriers disponibles et le déplacer, dans le sens horaire, de 1 à 3 espaces de jeu. Une fois arrivé sur le nouvel espace de jeu, le joueur devra soit ramasser du cacao (la monnaie du jeu), soit accomplir une action d’adoration (s’il y en a une, ce qui rendra son ouvrier non-disponible pour les tours suivants), soit accomplir l’action principale. Lors d’une action principale, le joueur devra peut-être payer une taxe de cacao si d’autres ouvriers sont déjà présents, puis pourra accomplir l’action et ensuite augmenter la valeur de son dé, rendant son ouvrir plus efficace pour les prochains tours. Lorsque tous les joueurs ont joué, le jeton de Soleil avance sur le calendrier. Lorsque le jeton de Soleil arrive à un jeton Éclipse, les joueurs disposent d’un dernier tour avec de passer à une phase de marquage de points. Après la troisième éclipse, la partie est terminée et le joueur avec le plus de points remporte la victoire.

Je ne crois pas me tromper en disant que Teotihuacan n’est pas un jeu pour débutants. Si vous n’êtes pas familier avec les jeux de placement d’ouvriers ou les jeux de société en général, je ne vous recommande pas de commencer avec celui-ci. Le plateau est énorme, comporte beaucoup d’espaces de jeux différents et il y a plusieurs choses à comprendre pour savoir où s’en aller pendant une partie. Peut-être même, à mon avis, un peu trop. Je ne recule pas devant un jeu qui contient beaucoup de mécaniques de jeu et d’éléments, mais j’ai eu un peu l’impression de ne pas m’attaquer à un nouveau jeu, mais à un nouveau jeu accompagné de plusieurs extensions intégrées tellement il y a des choses à gérer.

Visuellement, le plateau est quand même beau et si on s’y attarde on peut voir que le décor est bien pensé, est thématique et on voit que chaque espace de jeu représente un bâtiment dans la ville. On peut même voir des petits personnages ici et là. Tout représente bien une ville en construction avec, en son centre, une pyramide. Les tuiles de pyramides sont aussi intéressantes. Et il y a beaucoup d’éléments de jeu. Beaucoup. Ceci amène donc aussi une iconographie très large et complexe. Tout a été mis en oeuvre pour ne pas avoir à mettre de texte sur aucun élément du jeu, mais je vous recommande de garder le livre de règles près de vous car il y a tellement de symboles différents qu’il n’est pas toujours facile de tous les retenir et il est possible de mal en interpréter quelques-uns si on essaie de juste deviner à quoi ils servent, alors mieux vaut vérifier. C’est un peu dommage, car devoir vérifier une iconographie dans un livre de règles plusieurs fois par partie brise un peu le rythme.

Parlant de rythme, ne pensez pas non plus pouvoir vous mettre à jouer trop rapidement. Je le répète: le plateau est gros et il y a beaucoup d’éléments. Ceci implique que la mise en place initiale comporte beaucoup d’étapes et prend pas mal de temps. C’est certain que des joueurs qui connaissent bien le jeu pourront compléter la mise en place plus rapidement, surtout si plusieurs joueurs participent, mais ça reste quand même beaucoup d’éléments à placer à beaucoup d’endroits. Il y a une version “abrégée” pour la ou les premières parties dans laquelle le plateau est standard et les joueurs obtiennent des ressources et des emplacements d’ouvrier prédéfinis. Dans une partie régulière, les emplacements du plateau changent en plus d’endroits grâce à des modules de plateau que l’on mélange et place au hasard par-dessus les emplacements d’origine et les joueurs se font remettre chacun 4 tuiles Départ parmi lesquels ils en sélectionnent 2 qui représentent leurs ressources de départ et des restrictions de placement d’ouvrier. Il faut donc prendre le temps de faire un choix supplémentaire et bien connaître la partie, mais ça permet en même temps d’avoir plus de diversité d’une partie à l’autre. C’est plus long, mais apporte un potentiel plus intéressant.

C’est vraiment le type de jeu qui se joue sur du long terme. La boîte parle de 90 à 120 minutes, mais j’ai de la difficulté à imaginer une partie aussi “courte” que 90 minutes. Je crois que 2 heures est une bien meilleure estimation. Donc, pour les joueurs qui aiment faire beaucoup de gestion de leur ressources, c’est idéal. On peut facilement voir des similitudes avec Tzolk’in sur lequel Daniele Tascini a aussi travaillé. Les deux jeux se passent sensiblement à la même époque, il y a la thématique de pyramide, de passage du temps et le principe de devoir périodiquement nourrir ses ouvriers. Cependant, dans Tzolk’in, il me semble qu’il est plus facile de débuter une partie. Il est clair dès le départ qu’il faut du maïs et qu’il faut réussir à placer des crânes de cristal. On sait aussi d’avance où seront nos ouvriers sur les engrenages dans 1, 2 ou 3 tours. Dans Teotihuacan, le début de partie me semble moins évident. Je n’étais pas certain de ce que je voulais faire et comment y parvenir et il est plus difficile de prévoir les tours d’avance car les options changent en fonction des déplacements des autres joueurs dû au fait qu’il faut payer du cacao pour accomplir les actions normales des divers emplacements quand il y a déjà des dés présents et plus il y a de dés différents plus le coût est élevé. Par contre, à mesure que la partie progresse, les joueurs finissent par avoir une meilleure vision de ce qu’ils peuvent faire et les mécaniques de base du jeu sont assimilées et un certain rythme se met en place. Il n’y a que lorsqu’une nouvelle tuile, avec une certaine iconographie, fait son apparition que l’on doit alors s’arrêter et vérifier pour ne pas se tromper.

Les cotes de Mike: (et des joueurs présents à la partie du mardi au Jeuxjubes, sur 10)

Qualité graphique: Mike 7.5 / Joueurs 7

Qualité des composants: Mike 7 / Joueurs 7

Facilité d’apprentissage: Mike 5 / Joueurs 5

Bon fonctionnement des mécaniques: Mike 7 / Joueurs 7.5

Appréciation générale: Mike 6.5 / Joueurs 6

Personnellement, j’ai eu une expérience de jeu agréable, mais j’ai trouvé que c’était un peu long et j’ai eu un peu l’impression parfois qu’il y avait des facettes du jeu qui étaient présentes “juste pour en faire plus” et je n’étais pas certain de la pertinence. S’il existait une version “légère” du jeu, je serais définitivement intéressé de la découvrir et elle me plairait sûrement plus. Je crois que c’est un jeu idéal pour les joueurs avancés qui aiment vraiment prendre le temps de “construire leur empire”, si on veut, et qui trouvent parfois que les autres jeux sont trop courts et ne les laissent pas jouer longtemps pour construire tranquillement leurs points. Et si ces joueurs en veulent encore plus, une extension de jeu est prévue en 2019 et elle comprend plusieurs modules qui ajoutent plusieurs nouvelles options dans le jeu. Oh! À noter aussi qu’il y a une version solo dans laquelle le joueur affronte Teotibot.

Revenez la semaine prochaine pour une autre découverte de jeux! Comme toujours, n’hésitez pas à laisser commentaires, questions et suggestions sur l’article.

Soyez bon joueur!

Compte instagram: rmike81


Michel Rondeau

Grand fan de jeux de toutes sortes. On me dit bon vulgarisateur pour présenter des jeux et accompagner les nouveaux joueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *