Salut les gamers!

La galaxie est vaste. Ce n’est pas l’espace qui manque pour construire un empire. Vous êtes à la tête de l’un de ces empires et vous devez coloniser de nouvelles planètes, développer de nouvelles technologies, produire et vendre des ressources afin d’obtenir plus de points de victoire que vos compétiteurs. Est-ce que la chance sera de votre côté? Saurez-vous prendre les bonnes décisions? C’est ce que vous verrez en jouant à Roll for the Galaxy.

Nombre de joueurs: 2 à 5 joueurs

Durée d’une partie: 45 minutes

Public: 13 ans et plus

Créateurs: Wei-Hwa Huang et Thomas Lehmann

Éditeurs: Rio Grande Games, Gigamic

Sortie: 2014 (2016 pour l’édition en français)

Roll for the Galaxy est un jeu (difficile à décrire) de dés, de collection de dés et de développement. Les joueurs disposent d’une banque de dés de base au début de la partie ainsi que des tuiles de départ pour leur empire. Les joueurs doivent obtenir de nouveaux dés, ajouter des tuiles à leur espace de construction pour les compléter et ensuite les ajouter à leur empire au cours de la partie. Chaque tuile dans un empire vaut des points de victoire à la fin de la partie équivalents au coût de la tuile. D’autres points de victoire peuvent être gagnés en consommant des ressources produites sur des planètes. Dans un tour de jeu, cinq phases sont possibles, mais elles ne sont pas toujours actives. Les phases possibles sont l’exploration, le développement, la colonisation, la production et l’exportation. L’exploration sert à obtenir de l’argent et de nouvelles tuiles dans les zones de construction. Le développement la colonisation servent à ajouter des dés aux tuiles correspondantes en construction (qui se complètent et sont ajoutés à leur empire lorsque le nombre de dés présents est égal au coût de la tuile). La production sert à produire des ressources sur les planètes de l’empire et l’exportation sert à vendre des ressources pour de l’argent ou les consommer pour des points de victoire. À chaque tour de jeu, les joueurs lancent les dés dans leurs coupes et les assignent sous les phases correspondantes de jeu, le tout caché derrière leur paravent. Chaque joueur, secrètement, choisi un dé qu’il assigne sur une phase pour l’activer pour le tour (le dé n’est pas obligé de correspondre pour l’activation de phase). Lorsque les joueurs sont prêts, ils révèlent leurs dés et activent les phases qui ont été choisies par chaque joueur. Tous les joueurs peuvent alors utiliser leurs dés correspondants à ces phases dans l’ordre. La partie se termine à la fin d’un tour si un joueur possède au moins 12 tuiles dans son empire ou si tous les jetons de points de victoire ont été remportés.

Laissez-moi commencer par dire ceci: c’est un jeu compliqué à expliquer sans le démontrer en même temps car il semble y avoir tellement d’étapes différentes à suivre dans un certain ordre, la notion de 5 phases de jeu par tour mais qu’elles ne sont pas nécessairement toutes actives et le tout est très visuel, mais croyez-moi quand je dis qu’il s’agit en fait d’un jeu qui n’est pas si compliqué que ça et que lorsque vous l’avez devant vous et que vous jouez un tour vous comprenez très facilement comment ça fonctionne. Il y a quelques subtilités à comprendre, mais les paravents des joueurs possèdent toutes les informations nécessaires pour ne rien oublier et c’est inscrit de façon claire et ordonnée. Si vous avez déjà joué à Race for the Galaxy dont ce jeu est une variante, vous êtes déjà familier avec la mécanique générale du jeu.

Visuellement, le jeu possède un graphisme très intéressant sur les tuiles, les différents plateaux et les tuiles possèdent aussi une iconographie très efficace. En plus des icônes, chaque tuile comporte aussi un petit texte d’explication claire (il est donc important d’acheter la version en français si vous avez de la difficulté avec l’anglais). Les dés de différentes couleur forment une très jolie pile sur la table également et c’est toujours intéressant de voir des dés différents dans les jeux. Comme mentionné plus tôt, les paravents servent aussi d’aide de jeu très clairs et sont suffisamment gros pour bien caché ce que les joueurs font sans être trop grand et prendre trop d’espace sur la table.

Les parties sont différentes à chaque fois. Il existe plusieurs tuiles de départ et chaque joueur commence avec une tuile double et une tuile simple. Il existe plus de 5 de chaque alors même si vous jouez à 5 joueurs ce ne sera pas toujours les mêmes tuiles qui vont juste se promener entre les joueurs, il y aura de la variété. Ensuite, les tuiles piochées dans le sac pendant la partie sont assez nombreuses (55) et chaque tuile présente un développement d’un côté et une planète de l’autre, offrant donc un grand nombre de combinaisons possibles. C’est certain qu’il y a des tuiles qui se ressemblent: une planète verte reste une planète verte, mais certaines ont un coût (et donc une valeur de points) plus élevée et certaines ajoutent un dé vert sur la tuile à son arrivée tandis que d’autres ajoutent le dé sur le plateau du joueur ou dans sa coupe. Il y a donc de la variété, mais en conservant une mécanique familière et qui ne devient pas compliquée avec pleins de petites exceptions.

Il y a plusieurs aspects du jeu sur lesquels je ne m’étendrai pas comme le principe que les dés utilisés vont sur le plateau du joueur, l’achat de ces dés pour les ajouter à sa coupe et la réassignation des dés, car ça ne ferait qu’ajouter à l’illusion que le jeu est complexe alors que ce n’est pas le cas et que tous ces petits détails font en fait partie d’une mécanique de jeu qui est très fluide pendant un tour de jeu. Sachez simplement que le principe général du jeu est d’aller explorer pour piocher des tuiles, ajouter ces tuiles à ses zones de construction soit du côté développement ou du côté planète, au choix, pour ensuite ajouter des dés pour construire cette tuile et l’ajouter à son empire où elle devient alors active. Les tuiles de développements ajoutent généralement des effets de jeu additionnels (comme gagner de l’argent bonus d’après certaines conditions, pouvoir réassigner plus de dés) ou des façons de marquer plus de points à la fin de la partie. Les tuiles de planètes sont la meilleure façon d’obtenir plus de dés dans sa collection (et donc avoir plus de possibilités dans son tour). Une fois actives, ce sont les tuiles planètes qui permettent de produire des ressources (représentées par les dés joués) et d’ensuite les exporter pour de l’argent ou des points. Il faut donc trouver une façon de bien balancer les besoins de nouveaux dés, de ressources et d’effets de jeu grâce aux développements, tout ceci en fonction des tuiles piochées.

Les cotes de Mike: (sur 10)

Qualité graphique: 7.5

Qualité des composants: 8.5

Facilité d’apprentissage: 6

Bon fonctionnement des mécaniques: 8.5

Appréciation générale: 9.5

Roll for the Galaxy est définitivement un jeu plus facile à “montrer” qu’à “expliquer” par écrit. Il peut laisser les joueurs avec un peu de confusion avant le premier tour, mais on se rend compte rapidement à quel point les mécaniques du jeu sont bien pensées et fonctionnent bien ensemble et que tout se passe organiquement et qu’en fin de compte ce n’est pas si compliqué mais tellement amusant! J’adore Roll for the Galaxy. Vraiment, j’ai toujours beaucoup de plaisir à y jouer. Il existe une extension de jeu, Ambition, qui est parue en 2015 (2016 en français) qui ajoute de nouvelles tuiles, des objectifs et deux nouveaux types de dés. Une autre extension est attendue en 2019, Rivalry (en anglais seulement pour l’instant), qui contiendra en fait 3 extensions en une et qui ajoute encore des tuiles et d’autres principes de jeu qu’il est possible d’ajouter. Je n’ai joué qu’à la version de base du jeu et je ne m’en lasse pas, mais l’extension Ambition semble vraiment intéressante et je serais très curieux de pouvoir en faire l’essai. Si vous avez la chance d’essayer Roll for the Galaxy, ne passez surtout pas à côté!

Revenez la semaine prochaine pour une autre découverte de jeux! Comme toujours, n’hésitez pas à laisser commentaires, questions et suggestions sur l’article.

Soyez bon joueur!

Compte instagram: rmike81


Michel Rondeau

Grand fan de jeux de toutes sortes. On me dit bon vulgarisateur pour présenter des jeux et accompagner les nouveaux joueurs.

1 commentaire

Christiane Perreault · 1 février 2019 à 15 h 00 min

Ce serait un jeu que j’essaierais avec plaisir, car j’aime ce genre d’objectif de jeu et visuellement intéressant. Merci Michel pour les infos!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *