Salut les gamers!

Le Portugal présente de merveilleuses murales de tuiles: les azulejos. On y retrouve aussi de très beaux travaux de vitraux. La cathédrale de Porto contient des pièces très intéressantes. Vous devez maintenant participez vous aussi à l’élaboration de fenêtres en vitrail. Préparez-vous donc à assembler vos morceaux de verre teintés dans Azul Les Vitraux de Sintra.

Nombre de joueurs: 2 à 4 joueurs

Durée d’une partie: 30 à 45 minutes

Public: 8 ans et plus

Créateurs: Michael Kiesling

Éditeurs: Next Move Games

Sortie: 2018

Azul Les Vitraux de Sintra est un jeu de collection et de placement de tuiles. Le jeu se base sur le même principe que son prédécesseur Azul: les joueurs doivent recueillir des tuiles depuis des fabriques aux centre de la table en choisissant une seule couleur qu’ils ajoutent à leur plateau et en poussant les tuiles non sélectionnées au centre de la table. Cette fois-ci, les joueurs doivent assembler des fenêtres de vitraux avec des ensembles de couleur spécifiques. Au début de la partie, les joueurs récupèrent les panneaux de fenêtres de leur couleur, les mélangent et les alignent sur leur plateau. À son tour, le joueur choisit donc des tuiles dans les fabriques ou au centre de la table et les ajoute à l’une de ses fenêtres qui se situe soit sous son ouvrier, soit à la droite de celui-ci (dans lequel cas il déplace l’ouvrier). S’il le souhaite, le joueur peut ne pas prendre de tuiles à son tour et ramener son ouvrier au-dessus de sa fenêtre la plus à gauche sur son plateau. La partie se déroule sur 6 manches et une couleur aléatoire est attribuée à chacune d’entre elles (ce qui ne sert qu’à des fins de points bonus). Les joueurs marquent des points en complétant des panneaux de fenêtres. Lorsqu’un panneau est complété, le joueur marque des points inscrits dans le bas de son panneau de fenêtre et additionne tous les panneaux à droite de celui-ci qui ont déjà aussi été complété au moins une fois. Si c’est la première fois que ce panneau est complété, il est retourné et une nouvelle série de couleur est disponible. À la deuxième complétion, le panneau est retiré. Le joueur marque également des points si son panneau contient des tuiles dont la couleur correspond à celle de la manche. À la fin de la partie, des points finaux sont ajoutés en fonction des fenêtres complétées.

Je sais que, idéalement, je dois juger ce jeu pour ce qu’il est et ne pas le comparer avec l’autre Azul. Malheureusement, si les concepteurs du jeu décident toutefois de mettre le mot “Azul” dans le titre du jeu pour “officiellement” en faire une suite, j’ai beaucoup de difficulté à m’empêcher d’en faire la comparaison. C’est probablement une des raisons pour laquelle je n’ai pas été impressionné visuellement par Azul Les Vitraux de Sintra. Je trouve que les plateaux des joueurs sont un peu mornes et ne sont pas si intéressants. Le plateau pour marquer les points ne m’a pas énormément charmé non plus. Je comprends la décision d’avoir voulu utiliser l’espace au maximum, mais je ne suis pas emballé par le résultat.

Ceci étant dit, les pièces de vitrail sont bien, on dirait des jolly roger alors que les tuiles du premier Azul avaient l’air de starburst, il semble qu’on tient une thématique un peu bonbon.  J’ai quand même préféré les tuiles du premier jeu à celui-ci, mais elles sont jolies et le design à l’intérieur permet de les différencier même pour les personnes qui ont de la difficulté avec les couleurs. Il y a 5 des 9 fabriques d’ailleurs qui possèdent une zone dont la couleur est accentuée, ceci dans l’optique de placer les tuiles d’une certaine façon sur la table pour aider justement à identifier les différentes sortes de tuiles. Bien que je ne souffre pas de problème avec les couleurs moi-même, je trouve toujours intéressant lorsque des concepteurs de jeu pensent à ce type de détails. J’ai beaucoup aimé aussi la boîte où on range les tuiles utilisées. Ça rend le transfert dans le sac par la suite beaucoup plus facile et rapide que de juste avoir les tuiles sur la table ou dans le couvercle de la boîte du jeu.

Le jeu n’est pas très compliqué à apprendre et il n’y a que quelques principes de base à comprendre pour pouvoir bien y jouer. Il faut surtout se rappeler qu’il n’est possible de placer des tuiles que sur les fenêtres sous son pion d’ouvrier ou dans les fenêtres à droite de celui-ci et ne pas oublier de le déplacer en conséquence. Ça change le rythme du jeu et ça force à prendre certaines décisions parfois du type “est-ce que je me contente d’ajouter des tuiles sur ce panneau à droite ou je perds un tour pour reculer mon ouvrier pour accéder à un panneau qui est à sa gauche en ce moment, mais au risque qu’un autre joueur prend les tuiles que je veux en ce moment”. C’est un principe qui est parfois intéressant mais qui donne aussi parfois l’impression que ça brise notre rythme de jeu. En même temps, le retour à la gauche de l’ouvrier peut parfois être un mouvement stratégique pour “passer son tour” et ne pas ramasser des tuiles qui seraient négatives pour son jeu.

J’ai aimé joué à Azul Les Vitraux de Sintra. C’est important de le mentionner. Le principe du jeu est bien et passerait juste probablement mieux si il n’était pas comparé au premier Azul. Bien entendu, il y a tellement de similitude entre les deux jeux qu’il est justifié d’en faire un “Azul 2”. Ce que j’aime moins par contre c’est tout ce qui est aléatoire et différent d’un joueur à l’autre et qui en fait un jeu moins “égal”. En fonction de quelle couleur de plateau les joueurs choisissent, ils ont des panneaux de fenêtres différents. En plus, les panneaux de fenêtres sont mélangées et placés au hasard. En plus, la couleur bonus des manches est aussi aléatoire. Si on met tout ça ensemble, les joueurs ne partent pas d’un pied d’égalité pour marquer des points car ils n’ont pas exactement les mêmes objectifs. Dans le premier Azul, tous les joueurs avaient le même mur d’azulejos à produire et donc tous avaient le même potentiel. Dans ce nouveau titre, il est possible d’être juste très malchanceux dans son placement de plateau au départ et avoir un moins bon potentiel pour marquer des points par rapport aux autres joueurs.

Les cotes de Mike: (sur 10)

Qualité graphique: 6.5

Qualité des composants: 7.5

Facilité d’apprentissage: 8

Bon fonctionnement des mécaniques: 8

Appréciation générale: 7

Azul Les Vitraux de Sintra est un bon jeu, mais qui souffre d’après moi de la comparaison avec son prédécesseur. Il est difficile de ne pas les comparer, mais je suis certain qu’un nombre de ces différences fera plaisir à des joueurs qui souhaitaient peut-être un facteur aléatoire plus élevé. Il faut l’avouer, ils ont quand même réussi à nous donner quelque chose de pareil, mais différent.

Revenez la semaine prochaine pour une autre découverte de jeux! Comme toujours, n’hésitez pas à laisser commentaires, questions et suggestions sur l’article.

Soyez bon joueur!

Compte instagram: rmike81


Michel Rondeau

Grand fan de jeux de toutes sortes. On me dit bon vulgarisateur pour présenter des jeux et accompagner les nouveaux joueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *