Salut les gamers!

Alors, on veut savoir comment de quoi sont faits les rêves? On veut découvrir les secrets et comprendre les différents fonctionnement? Bienvenue dans la grande fabrique des rêves! Prenez place à votre atelier. Devant vous défileront les différentes machines que vous pourrez réparer et démanteler. Vous devrez vous démarquer de vos compétiteurs et accomplir des objectifs fixés par la fabrique. Allez! Venez montrer ce que vous savez faire dans Imaginarium.

Nombre de joueurs: 2 à 5 joueurs

Durée d’une partie: 90 minutes

Public: 14 ans et plus

Créateurs: Bruno Cathala et Florian Sirieix

Éditeurs: Bombyx

Sortie: 2018

Imaginarium est un jeu de placement d’ouvriers, de gestion de ressources. Les joueurs incarnent des travailleurs dans la fabrique des rêves qui doivent utiliser leur atelier pour générer des ressources, acheter de nouvelles machines brisées et les réparer pour les ajouter à leur atelier ou les démonter pour obtenir des ressources. Le jeu se déroule en trois phases. Dans la première phase de planification, les joueurs placent leur jeton de personnage pour réserver une machine ou extraire du charbonium dans l’ordre d’initiative du plateau de jeu. Dans la deuxième phase de réalisation, les joueurs jouent dans l’ordre des emplacements du plateau. À son tour, un joueur reçoit des ressources des machines en fonction dans son atelier, achète la machine qu’il a réservé ou obtient du charbonium d’après son emplacement, puis effectue des actions et complète potentiellement des objectifs. La troisième phase de vérification et de réinitialisation sert à vérifier si la condition de fin de partie est rencontrée et sinon le tour suivant est préparé. La partie se termine lorsqu’au moins un joueur atteint 20 points de victoire. Des points de bonus sont alors ajoutés pour le joueur ayant la plus grande quantité d’une ressource, ce pour chacune des quatre ressources, et le joueur avec le plus de points gagne.

J’ai trouvé que l’esthétique du jeu était complètement démente mais tellement divertissante. Les jetons de personnages, qui sont des mini bustes, sont vraiment différents et pleins de style. De façon général, le jeu est très chargé visuellement. Le plateau central est vraiment rempli d’illustration et les zones sont bien définies et bien utilisées. Les cartes des différentes machines et les noms bizarres qui leur sont donnés sont vraiment intéressants et j’ai beaucoup aimé le style de graphisme utilisé. Les plateaux des joueurs sont très bien faits et le matériel en général est de bonne qualité. J’aime particulièrement la boîte de rangement des ressources qui se place simplement sur le centre du plateau et dont on peut utiliser le couvercle pour mettre les jetons de points de victoire.

C’est le genre de jeu qui peut avoir l’air très compliqué au départ. Il y a 3 phases, chaque joueur a 5 étapes à son tour dans la deuxième phase, il y a 6 actions possibles à accomplir. Ça a l’air gros. Cependant, un tour de jeu se déroule bien. Il faut simplement prendre le temps de regarder ce qui est disponible, se donner un objectif de ce qu’on veut accomplir pendant notre tour et prendre les décisions en conséquence. Les 5 étapes du joueur se succèdent vraiment facilement et sont assez simples. La première étant que le joueur active ses machines dans son atelier et reçoit des ressources, rien de compliqué et ça se fait rapidement. Ensuite, d’après l’endroit où le joueur a posé son jeton, il récupère une machine du convoyeur en payant son coût ou il obtient du charbonium. La plus grosse étape est la troisième: effectuer deux actions. Toutefois, le choix est quand même limité car les actions à accomplir sont limitées par l’utilisation des aiguilles sur le centre du plateau du joueur. Le joueur doit donc choisir deux actions adjacentes sur le cercle et non n’importe quelles actions qu’il souhaite. Il faut donc utiliser un peu de stratégie et d’analyse pour choisir quelles actions sont propices à ce moment. Le joueur termine ensuite en vérifiant s’il a complété des objectifs, appelés “projets” et il replace son jeton sur la piste initiative. Le tout se déroule quand même assez rapidement et simplement.

Le plus gros défi est probablement d’apprendre toute l’iconographie. La plupart des machines sont assez simples à comprendre et c’est ce qui sera appris le plus rapidement. Certaines machines produisent des ressources, d’autres en transforment, certaines machines attaquent les autres joueurs et certaines machines servent à se défendre contre les attaques. Il est aussi important de bien comprendre les 6 actions possibles, mais heureusement elles sont toutes expliquées à l’intérieur du paravent du joueur. Ce paravent sert d’ailleurs d’aide pour le jeu mais aussi pour cacher les ressources du joueur.

Dans les autres pièces du matériel, il y a les projets (objectifs) à compléter qu’il faut bien comprendre et les assistants. Ils sont tous expliqués clairement dans le livre de règlements. Les assistants sont d’ailleurs vraiment très avantageux et il ne faut pas oublier d’en profiter car ils ajoutent des bonus de jeu qui ont beaucoup de valeur.

J’ai beaucoup aimé la mécanique des actions. Devoir faire un choix d’action en étant limité à deux actions adjacentes est un défi que j’ai trouvé très intéressant. Il est toutefois possible de passer outre cette limite si on obtient les services d’un certain assistant et je mentirais si je disais que ce n’était pas super utile, mais sinon le défi demeure intéressant et ajoute une touche de stratégie qui demande à réfléchir correctement à son tour et aussi à comment planifier les tours suivants. Il est important de comprendre que lorsqu’un joueur obtient une nouvelle machine, elle est cassée et donc placée à côté de son atelier. Le joueur doit utiliser une action pour la réparer, ce qui l’ajoute à son atelier, mais bien qu’il soit possible de combiner certaines machines, une machine nouvellement réparée doit toujours être placée sur un emplacement d’atelier vide. Il faut ensuite utiliser une autre action différente pour aménager son atelier et combiner des machines. Il est aussi possible qu’un joueur veut échanger des ressources avec la banque et recruter un assistant, deux actions différentes qui ne sont toutefois pas adjacentes et ne peuvent donc pas être accomplies dans le même tour. C’est un casse-tête mais c’est amusant.

Les cotes de Mike: (sur 10)

Qualité graphique: 8.5

Qualité des composants: 9

Facilité d’apprentissage: 6.5

Bon fonctionnement des mécaniques: 8

Appréciation générale: 8.5

J’ai reçu des commentaires de certaines personnes qui m’ont confié avoir trouvé le jeu trop agressif. Il y a effectivement certaines machines qui “attaquent” les autres joueurs pendant la partie lorsqu’elles sont réparées et il est vrai que cela peut ralentir la progression des joueurs ciblés. Toutefois, après avoir jouer quelques parties, il ne m’a pas semblé que le jeu soit si agressif au point de le trouver désagréable. Après tout, chaque machine d’attaque n’est utilisée qu’une seule fois. Néanmoins, je vous offre la solution suivante: si vous voulez jouer une partie plus passive, entendez-vous d’avance pour utiliser les cartes d’attaques et de défenses uniquement dans le but de les démonter et obtenir des ressources. Ceci étant dit, je vous invite à essayer quelques parties avec les règlements complets car moi j’ai beaucoup aimé, même quand j’étais le joueur ciblé. Le jeu s’adapte aussi très bien pour seulement deux joueurs, je crois que c’est important à savoir.

Revenez la semaine prochaine pour une autre découverte de jeux! Comme toujours, n’hésitez pas à laisser commentaires, questions et suggestions sur l’article.

Soyez bon joueur!

Compte instagram: rmike81


Michel Rondeau

Grand fan de jeux de toutes sortes. On me dit bon vulgarisateur pour présenter des jeux et accompagner les nouveaux joueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *