Salut les gamers!

Le roi a annoncé qu’il cherchait à nommer une nouvelle personne au titre de La Main du Roi. Comme bien d’autres, vous convoitez ce titre prestigieux. Vous devrez donc gagner l’appui des différentes maisons et être celui dont l’influence est la plus grande. Utilisez Varys pour approcher les différents membres de chaque maison et rangez leur bannière derrière vous dans le jeu de cette semaine, Le trône de fer: La Main du Roi.

Nombre de joueurs: 2 à 4 joueurs

Durée d’une partie: 15 à 30 minutes

Public: 14 ans et plus

Créateurs: Bruno Cathala

Éditeurs: Fantasy Flight Games

Sortie: 2016

Le trône de fer: La Main du Roi est un jeu de stratégie et de mouvements sur une grille. Le jeu est composé de cartes installées en une grille de 6 x 6. Chaque carte représente un membre d’une des maisons dont les joueurs veulent gagner la bannière sauf une carte qui représente Varys. À son tour, un joueur choisit une direction (haut, bas, gauche, droite) et nomme une maison. Il déplace ensuite Varys dans cette direction jusqu’à la carte la plus éloignée de la maison mentionnée. Varys prend la place de cette carte et le joueur place devant lui la carte en question ainsi que toutes les cartes de la même maison par-dessus lesquelles Varys est passé pendant son mouvement. Si le joueur se retrouve à avoir le plus grand nombre de personnages de cette maison devant lui par rapport aux autres joueurs (ou s’il égalise le nombre qu’un autre joueur possède), il prend la bannière de cette famille et la place devant lui. Lorsqu’un joueur prend le dernier personnage d’une famille, il obtient en bonus l’utilisation d’un des six compagnons qui ont été piochés pour cette partie. La partie se termine lorsque Varys ne peut plus faire de mouvement et le joueur avec le plus de bannières l’emporte.

Mon opinion n’est pas encore bien fixée sur l’esthétique visuelle du jeu. À chaque fois que j’y repense, mon souvenir est que je n’aime pas vraiment le style de dessins utilisés sur les cartes. Pourtant, à chaque fois que j’y joue, j’ai l’impression que les dessins ne sont pas si mal ou, à tout le moins, ils ne me dérangent pas. Ceci dit, les cartes sont quand même bien conçues d’un point de vue fonctionnel. Les bannières des maisons sont clairement identifiés à gauche (bien que Greyjoy et Baratheon utilisent des couleurs bien similaires) et on peut voir dans le coin inférieur droit le nombre de personnes qui existent dans cette maison, évitant de se poser la question ou de devoir s’en souvenir par coeur.

Bien que le jeu peut se jouer jusqu’à 4 joueurs, je n’ai eu l’occasion que d’y jouer à 2 et il me semble tout à fait approprié pour un jeu de duel et non avec plus de joueurs. En duel, les deux joueurs peuvent vraiment réfléchir de façon plus stratégique au mouvement qu’ils souhaitent effectué en tentant de deviner les mouvements que leur adversaire pourrait faire par la suite et donc prévoir un second tour. Si la partie se passe à 3 ou 4 joueurs, ça commence à faire beaucoup d’options à regarder avant que leur tour ne revienne et il est peut-être plus difficile de prévoir le meilleur coup possible. C’est peut-être très bien aussi, mais je n’en ai pas fait l’expérience. Le jeu offre aussi la possibilité de jouer en équipe de 2 et les bannières sont réunies en fin de partie par équipe et l’équipe avec le plus de bannière l’emporte. Ça peut être intéressant et un partenaire de jeu peut justement choisir des mouvements qui ne servent peut-être pas toujours à remporter des personnages en particulier mais empêcher plutôt l’équipe adverse de faire de bonnes acquisitions pour assurer à son partenaire de conserver la majorité pour une maison en particulier.

Puisque toutes les cartes sont mélangées et placées aléatoirement en début de partie, la rejouabilité est intéressante car la disposition de la grille sera différente. En plus, il y a plusieurs cartes de compagnons disponibles et seulement six d’entres elles sont en jeu par partie (elles ne sont pas remplacées dans une partie lorsqu’elles sont utilisées) alors ça crée aussi de la variété de partie en partie. Il y a un élément par contre que je ne me verrais jamais utiliser et il s’agit des jetons de corneille à 3 yeux. Avec cette variante, les joueurs ne peuvent pas communiquer pendant la partie et ils doivent dépenser leur jeton à 3 yeux pour s’éloigner de l’aire de jeu avec un autre joueur pour discuter stratégie pendant une minute. Le problème que je vois là-dedans, c’est de discuter de stratégie de mouvement à propos d’une grille qu’on ne voit plus parce qu’elle est trop loin, puis honnêtement, les deux autres joueurs peuvent tellement en profiter pour parler quand même pendant que les deux premiers sont partis.

Les cotes de Mike: (sur 10)

Qualité graphique: 6

Qualité des composants: 7

Facilité d’apprentissage: 8.5

Bon fonctionnement des mécaniques: 9

Appréciation générale: 7

Petit jeu sympathique, pas compliqué à comprendre, s’explique vraiment en un rien de temps et se joue assez rapidement aussi. Ça tient dans une toute petite boîte qui se traîne vraiment bien, mais nécessite quand même un espace de jeu suffisant et stable pour étaler les 36 cartes au centre des joueurs et permettre à chacun d’avoir un espace de jeu devant soit pour y mettre les cartes qu’il a remporté. J’ai apprécié et je crois que ça vaut la peine d’y jouer.

Revenez la semaine prochaine pour une autre découverte de jeux! Comme toujours, n’hésitez pas à laisser commentaires, questions et suggestions sur l’article.

Soyez bon joueur!

Compte instagram: rmike81


Michel Rondeau

Grand fan de jeux de toutes sortes. On me dit bon vulgarisateur pour présenter des jeux et accompagner les nouveaux joueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *