Salut les gamers!

L’art est très subjectif. Une oeuvre peut plaire à l’un et déplaire à l’autre. La valeur monétaire de l’art, cependant, est simplement basée sur l’offre et la demande et sur ce que la population décide d’accorder comme intérêt. Certaines oeuvres sont magnifiques et tous peuvent s’entendre pour dire qu’elles sont réussies, mais pourtant elles ne prendront jamais de valeur alors que d’autres oeuvres qui sont plus…discutables…se vendent à des prix de fous. Il est de votre devoir, en tant que responsable des acquisitions de votre musée, de reconnaître la valeur des artistes et de leurs oeuvres, de comprendre la tendance du marché et de faire les bons choix en affaire. Préparez vos mailloches pour les encans à venir dans le jeu de cette semaine: Modern Art.

Nombre de joueurs: 3 à 5 joueurs

Durée d’une partie: 45 minutes

Public: 10 ans et plus

Créateurs: Reiner Knizia

Éditeurs: CMON Limited

Sortie: 2017 (édition d’origine 1992)

Modern Art est un jeu d’enchères qui a d’abord fait sa sortie en 1992 et a ensuite été repris en 1996, 2004, 2009 et finalement en 2017 pour l’édition que nous voyons aujourd’hui. Les joueurs incarnent des responsables de différents musée qui commencent la partie avec 100 000$ à leur disposition ainsi qu’une collection d’oeuvres provenant de différents artistes parmi les cinq du jeu. À son tour, un joueur choisit l’une des peintures de sa main et la met en enchère. Lorsqu’un autre joueur remporte l’enchère, il donne la somme d’argent appropriée au joueur qui a mis la peinture aux enchères. Le joueur peut lui-même acheter une peinture qu’il met aux enchères, donnant le montant d’argent à la banque. Les peintures achetées demeurent visibles devant le joueur qui se l’est procuré. Lorsque cinq oeuvres du même artistes ont été vendues, cela met fin à la ronde. On attribue des valeurs aux peintures des artistes en fonction du nombre de peintures vendues. L’artiste qui a vendu le plus de peinture pendant la ronde se voit assigner une jeton de 30 000$ pour la ronde. Celui en deuxième position obtient un jeton 20 000$ et le troisième 10 000$. Les joueurs doivent ensuite vendre à la banque toutes les oeuvres qu’ils ont acheté pendant la ronde, même celles qui ne valent rien. Dans les rondes suivantes, les trois artistes dans le top 3 cumulent la valeur de jetons des rondes précédentes qu’ils avaient obtenu. À la fin de la partie, le joueur avec le plus d’argent l’emporte.

Visuellement, le jeu est correct en fonction de si on aime ou non les peintures représentées sur les cartes. Ceci étant dit, les oeuvres sont représentées fidèlement aux originales, provenant de réels artistes modernes. Les joueurs ont chacun un petit paravent en forme de musée assez simple pour cacher l’argent en leur possession. Le plateau de valeur des artistes et les jetons sont de bonne qualité. Personnellement, j’y ai découvert les oeuvres de Rafael Silveira qui a un style qui me parle beaucoup plus que les 4 autres. J’ai trouvé intéressant que le livre des règlements du jeu comporte essentiellement que maximum 5 ou 6 pages d’explications et le reste parle des artistes et de leurs oeuvres.

J’ai été surpris par Modern Art. Agréablement surpris. Je m’attendais à trouver le jeu fade et sans grand intérêt, mais je m’y suis beaucoup amusé, particulièrement dans une partie à 5 joueurs. Je recommande d’ailleurs que vous y jouez à 5 autant que faire se peut. La dynamique est vraiment intéressante et une fois que tous les joueurs sont bien familiers avec les différents icônes d’enchères (mais sinon il y a une aide rapide au dos du livre) le jeu roule vraiment bien et on s’amuse beaucoup à renchérir sur les autres pour les différentes peintures et à essayer de prévoir si ça vaut bien la peine de dépenser ou non pour certaines oeuvres en fonction des cartes déjà sorties et de celles qu’il nous reste en main.

Chose intéressante aussi est la façon de gérer les enchères. Comme je l’ai mentionné, il y a différentes icônes de type d’enchères sur les cartes. C’est très bien et c’est ce qui donne cette belle dynamique au jeu. S’il avait été question de juste faire des enchères normales les unes après les autres, le jeu aurait un intérêt limité. Pour ajouter de la variété, il existe 5 types de cartes. Il y a la carte d’enchère ouverte, standard, dans laquelle n’importe peut faire une offre plus haute que la dernière. Il y a les enchères fermées dans lesquelles les joueurs doivent secrètement choisir un montant qu’ils placent dans leur main et ensuite tous révèlent en même temps leur offre et la plus haute gagne, sans possibilité de renchérir. Il y a ensuite l’enchère à une seule offre Chaque joueur fait une seule offre chacun son tour et le joueur qui a mis la carte aux enchères peut ensuite accepter l’offre la plus élevée ou en faire une lui-même, ce qui termine l’enchère dans les deux cas. Il y a aussi l’enchère à prix fixe. Le joueur met cette peinture aux enchères en demandant un prix qu’il détermine et il fait ensuite le tour des joueurs un à un pour savoir s’ils acceptent ou non, le premier qui accepte achète la carte. Le dernier type de carte est une enchère double avec laquelle le joueur ajoute une deuxième carte du même artiste et se base sur l’icône de la deuxième carte pour savoir quel type d’enchère il s’agit. Les deux peintures sont vendues alors ensemble.

Le système des valeurs des peintures à chaque ronde m’a aussi beaucoup plu. Ce n’est pas parce qu’un artiste avait la meilleure valeur pendant le premier ronde que ses peintures vont toujours valoir chère car s’il ne se classe pas dans le top 3 dans les rondes suivantes ses toiles ne valent rien. Le choix des cartes à mettre aux enchères, surtout quand on en met deux d’un coup, devient alors très important et très stratégique. C’est aussi très drôle de voir les prix monter en flèche vers la fin de la partie. Un artiste dont les oeuvres se vendaient autour de 15 000$ à 20 000$ entre les joueurs à la première ronde peut voir la valeur de ses oeuvres monter à 60 000$ à 75 000$ facilement vers la fin de la partie.

Les cotes de Mike: (et des joueurs présents le mardi, sur 10)

Qualité graphique: Mike: 8 / Joueurs: 9

Qualité des composants: Mike: 7.5 / Joueurs: 8.5

Facilité d’apprentissage: Mike: 9 / Joueurs: 9

Bon fonctionnement des mécaniques: Mike: 9 / Joueurs: 9

Appréciation générale: Mike: 8 / Joueurs: 8

Comme je le disais, j’ai été vraiment agréablement surpris par Modern Art et je ne m’attendais pas à le trouver si amusant. Cependant, bien que les oeuvres sont bien représentées sur les cartes, je trouve que le jeu pourrait avoir une meilleure présentation visuelle à certains niveaux. Les musées qui servent d’écran pour cacher son argent sont, à mon avis, vraiment ordinaire et les panneaux de côté ne sont pas assez larges et peuvent difficilement cacher l’argent correctement et ne laisse pas beaucoup de place aux joueurs pour placer leurs petits billets. Ceci étant dit, je crois que le jeu se repose surtout sur sa dynamique et l’interaction entre les joueurs et j’ai trouvé que c’était très réussi. Définitivement un jeu à essayer, que vous soyez un amateurs d’art ou de commerce.

Revenez la semaine prochaine pour une autre découverte de jeux! Comme toujours, n’hésitez pas à laisser commentaires, questions et suggestions sur l’article.

Soyez bon joueur!

Compte instagram: rmike81


Michel Rondeau

Grand fan de jeux de toutes sortes. On me dit bon vulgarisateur pour présenter des jeux et accompagner les nouveaux joueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *