Salut les gamers!

À l’époque des découvertes des nouvelles terres et des nouvelles épices, les différentes nations se sont tournées vers l’exploration maritime afin de découvrir de nouvelles îles exotiques. Cette recherche les mena jusqu’aux rives des Îles aux Épices. Ils y trouvèrent en quantité quatre nouvelles épices d’une grande valeur. La compétition entre les nations est à son plein pour obtenir le contrôle des épices. Car celui qui contrôle les épices, contrôle l’univers! (non! désolé, je m’emporte…) Venez découvrir les Îles aux Épices et faites de votre nation la plus prospère dans Century Merveilles Orientales.

Nombre de joueurs: 2 à 4 joueurs

Durée d’une partie: 30 à 45 minutes

Public: 8 ans et plus

Créateurs: Emerson Matsuuchi

Éditeurs: Plan B Games

Sortie: 2018

Century Merveilles Orientales est le second titre de la trilogie Century de Plan B Games dont on attend le troisième volet en 2019. Il s’agit d’un jeu de livraison et de gestion de ressources. Chaque joueur possède un plateau de joueur sur lequel sont posés ses comptoirs, masquant les cases de son plateau, ainsi qu’un bateau. Des lots d’épices de départs sont distribués en début de partie et les bateaux sont posés initialement sur le plateau central, composé de tuiles Marché et Port, au choix des joueurs. Pendant un tour de jeu, un joueur peut se déplacer s’il le souhaite puis ensuite interagir avec la tuile sur laquelle il se trouve, effectuant donc une action de Marché ou de Port, ou bien récolter de nouveaux cubes jaune (gingembre) depuis la réserve. Les joueurs doivent se déplacer à travers les tuiles Marché, y construire des comptoirs et utiliser les Marché pour effectuer des échanges de ressources (cubes d’épices) pour ensuite se rendre à un Port et dépenser les épices requises pour obtenir la tuile de Points de Victoires. En libérant des cases de son plateau de jeu, un joueur peut obtenir des tuiles de bonus de jeu et obtiendra également des points supplémentaires à la fin de la partie. La partie se termine lorsqu’un joueur obtient sa quatrième tuile de Points de Victoires. Lorsque cela se produit, les joueurs terminent le tour de table et comptent leurs points parmi les tuiles de Points de Victoire obtenues, les points présents sur les bonus obtenus, les points révélés sur leur plateau de jeu et ajoutent un point pour chaque cube présent dans leur cale qui n’est pas jaune.

Pour commencer, il faut bien comprendre que Century Merveilles Orientales n’est pas une extension de jeu mais un jeu complet à lui seul. Il n’est pas nécessaire de posséder le premier titre de la trilogie, Century La Route des Épices, pour pouvoir y jouer. Cependant, il y a un mode de jeu pour mélanger des éléments du premier titre au deuxième et en faire Century De la Terre à la Mer. Le même phénomène sera possible avec le troisième titre qui fera son apparition l’année prochaine. Il sera possible de jouer au jeu seul ou de le combiner aux deux jeux précédents. J’ai essayé les deux modes, le jeu seul et combiné au premier, et j’ai bien aimé les deux expériences. Cependant, je vais concentrer cet article sur les règles du mode de jeu “standalone”.

Visuellement, le jeu est assez bien fait. L’iconographie est simple et ceux qui ont joué à Century La Route des Épices y seront déjà familier pour la plus grande partie. Les plateaux de jeu des joueurs sont joliment illustrés. Les tuiles Marché sont quand même bien au niveau fonctionnel, à mon avis, car on repère facilement la catégorie du marché avec l’image d’épice à la gauche et on voit facilement l’action d’échange du Marché dans l’encadré. Cependant, j’ai trouvé que les trois emplacements disponibles pour construire les comptoirs sont un peu difficiles à discerner, je ne les ai d’ailleurs pas vu tout de suite et j’ai dû informer les joueurs autour de la table de leur existence car personne ne les avait remarqué. Il aurait été bien de leur donner une différence de couleur un peu plus marquée. Et bien que personnellement je n’ai pas eu de problème avec les couleurs du jeu, certains joueurs ont trouvé que les pièces du joueur bleu se perdent facilement dans le décor des tuiles avec tout ce bleu d’océan.

Tout comme pour son prédécesseur, les règlements du jeu tiennent sur un seul carton recto-verso, c’est donc rapide à lire et on s’attend donc à un fonctionnement des mécaniques de jeu assez simple. Bien qu’il n’y a rien de bien compliqué, il y a quand même quelques petites subtilités qui doivent être soulignées et qui doivent être bien suivies pour tirer un maximum du jeu. Les joueurs doivent d’abord faire, ou non, leur mouvement et ensuite procéder à une action et ils ne peuvent pas procéder à une action et se déplacer ensuite. Les joueurs peuvent se déplacer de plus d’une tuile à la fois, à condition qu’ils laissent derrière un cube de leur cale sur chaque tuile qu’ils quittent après leur tuile initiale (le premier mouvement est donc gratuit). Les joueurs doivent se rappeler qu’ils doivent payer un cube à chaque joueur dont le bateau est présent sur la Tuile où un joueur termine son déplacement et ce avant même de pouvoir ramasser un cube présent sur cette tuile s’il y en a. Tout comme pour les cartes d’échanges dans le premier Century les tuiles Marché permettent de faire autant de fois l’échange illustré que le joueur peut se le permettre avec ses ressources. Un comptoir peut être construit uniquement pendant l’action Marché et son coût est égal au nombre de comptoirs déjà présents, que le joueur puisse ou non faire un échange de ressource par la suite, mais il est impossible de construire un comptoir et faire l’action de récolte par la suite (cette règle doit être lue et relue et semble un peu confuse au départ). Voilà toutes des petites règles auxquelles vous devrez faire attention pendant vos parties.

Une fois qu’on a bien assimilé les règlements (mais au pire elles sont tellement compactes qu’on peut s’y référer facilement, et sinon je viens de vous lister les plus confuses), on peut se mettre à jouer au jeu et j’ai bien aimé ce que ça donne. Les jeux de livraison, dans lesquels on doit se déplacer d’un endroit à l’autre en transportant des ressources, sont assez intéressants et je crois que celui-ci est tout de même assez simple pour initier des gens qui ne connaissent pas ce type de jeu. La trilogie Century semble se centrer là-dessus pour l’instant: être un bon titre d’initiation à un type de jeu. Century La Route des Épices démontre la mécanique de “deck et engine building” (se construire un paquet de cartes dans lequel on peut retrouver une séquence d’action qui fonctionne bien pour produire un résultat recherché) et Century Merveilles Orientales démontre la mécanique de jeux de livraison et de gestion. Ce ne sont pas les jeux les plus intenses et avec des niveaux de profondeur qui n’en finissent plus, mais je trouve qu’ils ont une simplicité efficace tout en demeurant très divertissants et agréables à jouer.

Les cotes de Mike: (et des joueurs présents à la partie du mardi au Jeuxjubes, sur 10)

Qualité graphique: Mike 7.5 / Joueurs 6.5

Qualité des composants: Mike 8 / Joueurs 7.5

Facilité d’apprentissage: Mike 8 / Joueurs 7.5

Bon fonctionnement des mécaniques: Mike 7 / Joueurs 6.5

Appréciation générale: Mike 8 / Joueurs 7

Je ne vous le cacherai pas, j’attendais Century Merveilles Orientales depuis longtemps. Je l’attendais depuis que j’ai essayé le premier Century et que j’ai vu qu’ils annonçaient un deuxième titre pour 2018 et un troisième pour 2019. Si j’ai le choix entre seulement les deux premiers titres, j’avoue que je préfère encore un peu le premier qui a été un classique instantanément pour moi, mais j’aime quand même bien celui-ci et j’aime beaucoup ce que les deux combinés donne aussi. La mise en place prend un peu plus de temps par contre car il faut mélanger les tuiles, en retirer quelques-unes et prendre le temps de les placer, mais ce n’est quand même pas si long. Il existe aussi plusieurs façons d’arranger la position des tuiles pour donner des formes de plateau différentes et changer un peu le jeu, ce qui est très intéressant. Je le recommande et j’attends avec impatience la sortie de Century Un Nouveau Monde l’an prochain.

Revenez la semaine prochaine pour une autre découverte de jeux! Comme toujours, n’hésitez pas à laisser commentaires, questions et suggestions sur l’article.

Soyez bon joueur!

Compte instagram: rmike81


Michel Rondeau

Grand fan de jeux de toutes sortes. On me dit bon vulgarisateur pour présenter des jeux et accompagner les nouveaux joueurs.

2 commentaires

Greensleeves · 1 septembre 2018 à 10 h 12 min

Bonjour,

Je pense que tu fais erreur sur l’action « Marché ». Il est bien précisé UNE action parmi les trois disponibles : Marché, Port et récolte. Or, l’action Marché permet de construire un comptoir et d’effectuer l’action de la tuile dans le même tour, si le comptoir n’était pas construit.
Merci pour ton descriptif du jeu.
à bientôt

    Michel Rondeau · 1 septembre 2018 à 10 h 35 min

    Bonjour,

    Merci pour votre intérêt pour mon article! Cependant, je ne comprends pas bien en quoi vous indiquez que je fais erreur. J’explique effectivement que le joueur ne doit effectuer qu’une seule action, soit: marché, port ou récolte. Si le joueur choisit l’action « marché », il peut alors y construire un comptoir s’il n’en a pas déjà un puis ensuite effectué, ou non, l’action d’échange de ressources. S’il effectue un échange de ressources, il peut alors procéder à cet échange autant de fois qu’il peut se le permettre avec les ressources présentes dans sa cale. Il me semble que votre message dit à peu près la même chose. Merci je m’éclairer sur quel point vous croyez que je fais erreur.

    Merci pour votre attention et pour votre lecture,

    Mike

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *