Salut les gamers!

Ah! Les vallées de l’Okanagan! Ces terres riches et ces lacs pleins de vie. Enfilez vos bottes et vos chapeaux de poils et partez à la découverte de ces étendues de la Colombie-Britannique. Participez à la formation de ce paysage de l’Ouest Canadien et ramassez différentes ressources dans Okanagan: Valley of the lakes.

Nombre de joueurs: 2 à 4 joueurs

Durée d’une partie: 45 minutes

Public: 10 ans et plus

Créateurs: Emanuele Ornella

Éditeurs: Matagot

Sortie: 2017

Okanagan: Valley of the lakes est un jeu de placement de tuiles, de contrôle de territoire et de collection de ressources. Les joueurs doivent à leur tour placer leur tuile pour ajouter au paysage d’Okanagan en respectant les règles de placement (les côtés doivent avoir le même type de terrain). Lorsque la tuile est posée, le joueur doit y déposer l’un de ses bâtiments pour obtenir des points d’influence sur certaines régions. Les joueurs vérifient ensuite si la pose de cette tuile ferme un type de terrain et si oui il y a alors gain de ressources et d’actions spéciales. Le joueur pioche alors une nouvelle tuile et le tour passe au joueur suivant. Le jeu se termine lorsque les joueurs ont posés tous leurs bâtiments. Il y a alors un décompte de points en fonction des ensemble de ressources de 4 couleurs, des cartes d’objectifs et du joueur qui possède le plus de cartes de pépites d’or.

Le jeu est tout à fait correct visuellement. Les pièces du jeu sont principalement des jetons de ressources et des tuiles de placement/action et le tout est dans un carton assez épais, donnant l’impression qu’ils resteront donc résistants pendant longtemps. Les représentations graphiques sont corrects et la majorité de l’iconographie est assez simple à comprendre. C’est dans un style simple et correct et il n’y a pas de contrastes de couleur dérangeants.

Au niveau du fonctionnement du jeu, c’est très facile à apprendre. À la base, il suffit de placer une tuile, y déposer un bâtiment, vérifier si un terrain se ferme, prendre une nouvelle tuile. Assez simple, non? Ça s’explique en un instant. Ensuite, il y a quelques subtilités lorsqu’un terrain se ferme. On calcule l’influence des joueurs en fonction des bâtiments présents (les silos donnent 1, les entrepôts 2 et les fermes 3 points d’influence). Le joueur avec le moins d’influence se choisit une action spéciale depuis les trois piles de tuiles. Ensuite, le joueur avec le plus d’influence récolte autant de ressources disponibles jusqu’à concurrence de son influence ou des ressources en place sur le terrain. Le second joueur avec le plus d’influence récolte ensuite ses ressources parmi celles restantes jusqu’à concurrence de son influence et ainsi de suite.

Au début de la partie, les joueurs reçoivent cinq cartes d’objectifs parmi lesquelles ils en conservent que trois. À la moitié de la partie, ils piochent deux nouvelles cartes et doivent encore faire un choix de trois cartes, ce qui donne l’occasion de changer si jamais la stratégie de départ n’était pas fructueuse ou que le hasard veut qu’un joueur ait ramassé beaucoup d’une ressource qui ne lui servait pas avant mais qui devient payante avec un nouvel objectif. C’est une option intéressante, mais généralement un joueur a tellement été focus sur ses objectifs pendant la première moitié de la partie que changer d’objectifs en plein milieu peut être risqué.

Le jeu m’avait apparu intéressant et à la lecture c’était prometteur. J’avais d’abord cru à une simple réplique de Carcassonne en regardant la boîte et j’étais heureux de voir qu’il y avait des différences avec les ressources, l’influence sur les terrains et les objectifs. Cependant, j’ai été déçu à l’essai du jeu. Oui, les mécaniques du jeu fonctionnent bien ensembles et les règles se tiennent bien, mais il manque un petit quelque chose pour que ce soit vraiment amusant. J’ai trouvé que le fait d’être obligé de déposer un bâtiment à chaque tuile qu’on pose, contrairement à Carcassonne dans lequel on choisit quand poser ses divers meeples, peut être plutôt contraignant et on se retrouve parfois dans une situation où on prend l’option la “moins pire” car il n’y as pas de “meilleure option”. Je comprends que de forcer les joueurs à poser des bâtiments permet aussi de faire avancer le jeu et de limiter le temps d’une partie, mais il peut arriver trop souvent qu’un joueur pioche une tuile qu’il croit pouvoir placer correctement, se rend compte à son prochain tour que les autres joueurs ont bloqué son placement et il a donc en main une tuile qui ne sert pas bien son intérêt et il doit en plus perdre un de ses bâtiments. Ce n’est pas très intéressant et puisque la plupart du temps il peut y avoir au moins un peu de ressources pour chacun, la “bataille” pour le contrôle du territoire n’est pas très entrainante non plus. Je crois qu’une option intéressante serait de jouer sans pioche de tuile d’avance, mais qu’à son tour un joueur a l’option de jouer l’une des trois tuiles visibles ou d’en piocher une sur le dessus d’une pile pour une tuile au hasard.

Les cotes de Mike: (et des joueurs présents à la partie du mardi au Jeuxjubes, sur 10)

Qualité graphique: Mike 7 / Joueurs 7.5

Qualité des composants: Mike 7 / Joueurs 7

Facilité d’apprentissage: Mike 9 / Joueurs 9

Bon fonctionnement des mécaniques: Mike 6.5 / Joueurs 6

Appréciation générale: Mike 5 / Joueurs 5.5

En voyant Okanagan: Valley of the lakes j’ai d’abord cru à un Carcassonne (ce qui n’est pas mauvais…mais Carcassonne existe déjà…) puis j’ai ensuite cru qu’il s’agissait en fait de quelque chose de différent et intéressant. Verdict final? C’est différent. Je crois qu’il y a de meilleurs jeux de contrôle de territoire et de meilleurs jeux de placement de tuiles à découvrir. Si jamais vous tenez à l’essayer, sachez que malgré le titre en anglais, les règlements sont disponibles en anglais et en français dans la boîte et il n’y a aucun texte sur les tuiles.

Revenez la semaine prochaine pour une autre découverte de jeux! Comme toujours, n’hésitez pas à laisser commentaires, questions et suggestions sur l’article.

Soyez bon joueur!

Compte instagram: rmike81


Michel Rondeau

Grand fan de jeux de toutes sortes. On me dit bon vulgarisateur pour présenter des jeux et accompagner les nouveaux joueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *