Salut les gamers!

“Nil, Nil, Nil, fleuve impétueux et tumultueux, tu es comme notre reine la source de la vie!”, par Pierre Tchernia. Ce, magnifique, poème de Astérix & Obélix: Mission Cléopâtre exprime bien l’importance du fleuve qui traverse l’Égypte. Venez enfiler votre chapeau de pharaon et tentez de tirer profit des provinces entourant le Nil pour ensuite y construire de grandes pyramides à la gloire du grand dieu: Amun-Re.

Nombre de joueurs: 3 à 5 joueurs

Durée d’une partie: 90 minutes

Public: 12 ans et plus

Créateurs: Reiner Knizia

Éditeurs: Super Meeple

Sortie: 2016 (édition originale date de 2003 par Rio Grande Games)

Amun-Re est un jeu d’économie, d’enchères et de contrôle de territoire. Chaque joueur incarne un pharaon. Le but des pharaons est d’être celui qui construit le plus de pyramides et qui saura rendre le plus de gloire au dieu Amun-Re. Pour ce faire, les pharaons doivent se procurer des provinces qu’ils exploiteront afin d’obtenir un revenu. Des offrandes au dieu permettent d’assurer différents niveaux de qualité de récolte. Avec leur richesses, les pharaons pourront ensuite construire des pyramides sur leurs provinces et s’en procurer d’autres. Il y a deux étapes de décompte de points de victoire dans la partie. Chaque moitié de partie se déroule en 3 tours. À la toute fin, le joueur avec le plus de points de victoire est vainqueur.

C’est le troisième titre que la compagnie Super Meeple a décidé de dépoussiérer (ou mettre au goût du jour, comme vous voulez), donnant suite à Mexica et Tikal mais ne faisant toutefois pas partie de la trilogie dont sont issu les deux premiers titres. Des trois jeux, je crois que Amun-Re est celui qui a le moins bénéficié de la réédition. Les pyramides, solides et lourdes, font penser aux temples de Mexica et sont un peu plus jolies que celles de l’édition d’origine mais le contraste entre les deux versions est vastement moins grand et le reste des composants du jeu sont très similaires. Le matériel est de bonne qualité, à l’exception du plateau qui courbe pour une raison inexpliquée (mais cela est peut-être un cas isolé, ce ne sont pas nécessairement toutes les copies qui réagissent de la même façon), mais le graphisme de façon général n’est pas à couper le souffle et on est beaucoup moins impressionné visuellement par l’allure de ce jeu comparé aux titres précédents de Super Meeple.

Cependant, il n’y a pas que le visuel d’important, mais aussi le jeu et son fonctionnement. Le jeu se divise en plusieurs parties. C’est assez simple, mais ça peut semer un peu la confusion la première fois qu’on l’explique. Une partie se divise en 2 moitiés, une moitié est appelée un Royaume. Chaque Royaume se joue en 3 tours. Chaque tour est divisé en 4 phases. Comme je le disais, pas si compliqué que ça. Le tout se déroule dans un ordre structuré et logique. Au début du tour, première phase, des provinces sont mises à l’enchère et les joueurs doivent alors procéder à des offres pour obtenir les provinces. Un mécanisme de relance lorsqu’une enchère est contestée est en place et au final tous les joueurs obtiennent une nouvelle province. La deuxième phase consiste à faire des achats et construire. Dans cette phase, le joueur peut acheter s’il le souhaite (mais en suivant l’ordre, c’est important) des cartes de faveur, des paysans pour travailler dans les champs et des pierres pour construire des pyramides. Une fois cette phase terminé, on passe à la phase d’offrandes dans laquelle chaque joueur choisit un montant de pièces en secret qu’il souhaite ajouter à l’offrande commune au dieu Amun-Re. Plus l’offrande est grande et plus le dieu sera généreux avec la crue des eaux et les champs seront plus prospères. Des primes sont aussi données pour les donateurs les plus généreux. Dernière phase, les joueurs récoltes les revenus générés par leurs provinces, en fonction de la crue des eaux et donc des offrandes faites à la phase précédente.

Je ne le cacherai pas, il y a beaucoup d’étapes et il faut bien les suivre, mais c’est fait dans un ordre logique. Il faut savoir qu’à chaque phase il est possible aussi de jouer des cartes de faveur qui donnent des bonus spéciaux. Chaque phase est rattachée à une couleur pour bien les identifier et ces couleurs sont présentes sur les cartes faveur pour savoir quand, dans la partie, elles peuvent être jouées. Énorme point négatif: on ne retrouve les couleurs des phases nulle part sur le plateau de jeu. Il n’y a pas non plus de cartes d’aide et donc pas d’informations supplémentaires. Il faut se résigner à garder le livre de règles à portée pour vérifier les couleurs des phases. Bien entendu, on peut les apprendre par coeur à force de jouer, mais je crois que c’est un gros manque de n’avoir aucune trace de ces couleurs de phase sur le plateau alors qu’elles sont si importantes.

Le rythme de jeu peut sembler un peu saccadé. Certains joueurs planifient très bien leurs tours et agissent rapidement, mais pour certains c’est plus facile de jouer lorsque les choses se passent concrètement et cela peut étirer le jeu. En principe, les joueurs ne peuvent pas non plus jouer tous en même temps si on veut observer l’ordre de la pioche des cartes de faveur ou si on croit que notre décision face à la construction de nos pyramides peut être influencée par les actions des joueurs qui nous précèdent. De plus, certaines cartes de faveur piochées peuvent changer nos plans pour la suite du tour.

Les cotes de Mike, sur 10 (et des joueurs présents à la partie du mardi au Jeuxjubes)

Esthétique graphique: Mike 5.5 / Joueurs 6

Qualité des composants: Mike 6 / Joueurs 5.5

Facilité d’apprentissage: Mike 7 / Joueurs 5

Fonctionnement des mécaniques de jeu: Mike 5 / Joueurs 4

Appréciation générale: Mike 6 / Joueurs 4

La plupart des joueurs lors de la présentation n’ont pas particulièrement apprécié Amun-Re, disant que le rythme de jeu n’était pas fluide ou qu’il y avait trop de choses à regarder dans trop d’étapes de jeu. Beaucoup étaient déçus par le manque de visibilité des phases et de leurs couleurs rattachées. Pour ma part, j’ai trouvé que pour un jeu d’enchères, c’était assez bien, mais ce n’est pas mon jeu préféré. Si vous souhaitez un jeu de stratégie avec des peuples anciens, regardez plutôt Mexica et Tikal .

Revenez la semaine prochaine pour une autre découverte de jeux! Comme toujours, n’hésitez pas à laisser commentaires, questions et suggestions sur l’article et de cliquez sur l’icône de coeur près du titre (équivalent au “like” de facebook ou le coeur de instagram).

Soyez bon joueur!

Compte instagram: rmike81


Michel Rondeau

Grand fan de jeux de toutes sortes. On me dit bon vulgarisateur pour présenter des jeux et accompagner les nouveaux joueurs.