Salut les gamers!

Nombreux sont ceux qui ont la certitude que notre avenir se trouve quelque part parmi les étoiles. Plusieurs projets ont fait les manchettes: l’homme ira sur Mars. Différentes expéditions se préparent pour envoyer des équipes pour coloniser la planète rouge et y installer l’humanité. Faire de Mars un endroit habitable est un défi de taille. Il faut terraformer la planète, changer l’environnement à la surface et la tâche ne sera pas facile. Prenez les contrôles d’une corporation qui prend part à la terraformation de la planète Mars dans l’espoir de la rendre viable. Gérez bien vos ressources afin de compléter vos projets dans le jeu de cette semaine: Terraforming Mars.

Nombre de joueurs: 1 à 5 joueurs

Durée d’une partie: 90 à 120 minutes

Public: 12 ans et plus

Créateurs: Jacob Fryxelius

Éditeurs: Fryxgames et Stronghold Games

Sortie: 2016

Terraforming Mars est un jeu de stratégie, d’économie et de gestion de ressources. Les joueurs représentent les corporations qui oeuvrent à la terraformation de la planète et bien entendu chacun veut avoir une plus grande part du gâteau. Se basant sur leur Niveau de Terraformation, les joueurs obtiennent un revenu de Mega Crédits à la fin de chaque tour de table (appelé “génération”). Ces Mega Crédits leur permettent d’obtenir et de financer des cartes de projets. Ces projets peuvent leur donner des ressources immédiates ou augmenter leur niveau de productivité dans diverses ressources. Le jeu se poursuit jusqu’à ce que les paramètres globaux de température, oxygène et océan aient atteint leur but. Les joueurs peuvent ensuite, à la fin de cette génération, compiler leurs points de victoire en combinant leur Niveau de Terraformation, les objectifs, les récompenses et autres bonus de points qu’ils ont à leur disposition. Deux extensions de jeu existent: Hellas & Elysium qui ajoute un nouveau plateau de jeu recto verso offrant deux nouveaux emplacements sur Mars, puis Venus Next qui emmène cette fois l’humanité à coloniser la planète Vénus après son succès sur Mars.

Petit interlude éducatif: Il y a présentement trois gros projets en place pour effectivement coloniser la planète Mars. Le projet “Mars One” mené par l’entrepreneur Bas Lansdorp qui planifie établir une colonie humaine permanente en 2035. Le projet “Journey to Mars” de la NASA qui planifie aussi envoyé des humains sur la Planète Rouge dans les années 2030. Pour finir, le projet “SpaceX” de Elon Musk dont l’atterrissage le plus optimiste serait en 2026. Ce qui différencie “SpaceX” des autres projets est que pour Elon Musk, Mars n’est pas un objectif, mais un tremplin pour le reste du système solaire.

Un des points forts de ce jeu est l’iconographie. C’est un jeu qui a l’air visuellement chargé et on a l’impression qu’il y a beaucoup de choses à comprendre, mais en fait la plupart est assez simple. Il y a 6 types de ressources: les Mega Crédits, l’acier, le titane, les plantes, l’énergie et la chaleur. Chaque ressource possède un symbole qui la représente et c’est principalement ce symbole qui revient sur les cartes de projets. Si le symbole est présent sans contour, il est question de perdre ou d’obtenir des unités de cette ressource. S’il y a un fond brun qui entoure le symbole, il s’agit de modifier la production de cette ressource sur son plateau de joueur. Le fondement de tout le jeu se trouve dans ce principe. On retrouve ensuite des symboles pour la température, l’oxygène et les tuiles d’océan, tout à fait simple à suivre. Là où ça commence un peu à se compliquer parfois, c’est au niveau des symboles pour la catégorisation des cartes de projets, mais on peut facilement s’y faire aussi.

Tout est donc bien représenté sur les cartes et sur les plateaux de joueurs. Pour ce qui est des cartes de projet, on trouve trois variétés: les rouges qui ont un effet immédiat, les verts qui donnent un bonus mais font partie des projets actifs et peuvent avoir un impact sur d’autres effets de partie, puis les bleues qui ajoutent des effets permanents et offrent parfois des actions possibles supplémentaires. Ce qui est bien, c’est que ça nous permet rapidement de comprendre quel type de carte le joueur a en main et donc s’il cherche plutôt à obtenir des effets à long terme il sait quelles cartes regarder en premier. Il peut arriver cependant que les cartes ont l’air un peu trop chargées ou que le trop plein visuel fait en sorte que certains joueurs oublieront d’observer quelques détails. Ce n’est, par contre, habituellement pas un problème de taille et il se corrige assez facilement. Pour ce qui est des plateaux des joueurs, tout y est aussi très clair. Point négatif cependant: les échelles de production des ressources sont marquées par des cubes présents sur le numéro correspondant à la quantité de ressources produites et il est très (voire trop) facile de les bouger par inadvertance et parfois oublier à quel grade exactement se trouvait notre production.

C’est un jeu de stratégie que j’ai adoré. La façon de gérer la production et les ressources est vraiment intéressante et fonctionne bien. Ceci étant dit, comme dans tous les jeux où il y a une pioche de cartes, le facteur chance peut avoir une grande influence sur l’expérience de jeu d’un joueur. Si les cartes de projet piochées n’arrivent jamais au bon moment en fonction des pré-requis, un joueur peut se retrouver avec des options bien maigres et peu intéressantes. Un mauvais départ ou quelques mauvais tours de jeu peuvent affecter gravement les niveaux de production et le joueur aura alors l’impression qu’il ne va nulle part.  Il est possible, bien entendu, que la chance tourne et qu’une série de bonnes cartes change le sort du joueur, mais ce n’est pas toujours le cas. À l’inverse, un joueur chanceux peut se retrouver avec des cartes de choix et construire le meilleur empire de sa vie.

Les tours de jeu se font bien et sont facile à suivre, le flot de la partie est assez fluide. On commence une génération en changeant de premier joueur, les joueurs obtiennent ensuite de nouvelles cartes qu’ils peuvent acheter ou non, les joueurs effectuent une ou deux actions à tour de rôle tant et aussi longtemps que tous les joueurs n’ont pas décider de passer, puis les joueurs obtiennent des ressources d’après leurs niveaux de production. La fin de la partie n’est pas une surprise ou un secret pour personne. Lorsque l’oxygène est à 14%, que la température est à +8 degrés et que toutes les tuiles océans sont placées, la partie se termine à la fin de la génération en cours.

Petit interlude éducatif: Bien que l’eau liquide ne peut exister sur la surface de Mars pour le moment dû à la pression atmosphérique trop faible, il y a une grande présence de glace sur la planète. Les calottes glaciaires aux pôles semblent être composées en grande partie d’eau. D’ailleurs, le volume d’eau présent dans la calotte glaciaire du pôle sud est suffisamment grand pour recouvrir toute la surface de la planète avec une profondeur de 11 mètres si on parvenait à la faire fondre.

Les cotes de Mike, sur 10 (et des joueurs présents à la partie du mardi au Jeuxjubes)

Esthétique: Mike 8 / Joueurs 8

Facilité d’apprentissage: Mike 8 / Joueurs 8

Bon fonctionnement des mécaniques: Mike 8 / Joueurs 8.5

Appréciation générale: Mike 8 / Joueurs 8.5

Terraforming Mars a été apprécié de façon générale et je crois personnellement que c’est un jeu très amusant. C’est un gros jeu. Si vous aimez avoir à faire de la bonne gestion, penser à des plans à court, moyen et long terme, vous allez définitivement y trouve de l’intérêt. Il existe une variante pour y jouer solo. Une variante de jeu ajoute aussi des cartes identifiées pour prolonger le temps de la partie. Il est aussi possible de procéder à un draft pour la pioche de cartes en début de générations pour plus d’interaction entre les joueurs. Je recommande d’essayer le jeu dans sa forme la plus “de base” pour la première partie et ajouter les variantes pour les parties suivantes.

Revenez la semaine prochaine pour une autre découverte de jeux! Comme toujours, n’hésitez pas à laisser commentaires, questions et suggestions sur l’article et de cliquez sur l’icône de coeur près du titre (équivalent au “like” de facebook ou le coeur de instagram).

Soyez bon joueur!

Compte instagram: rmike81


Michel Rondeau

Grand fan de jeux de toutes sortes. On me dit bon vulgarisateur pour présenter des jeux et accompagner les nouveaux joueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *