Salut les gamers!

De nombreuses histoires racontent les aventures d’anciens héros grecs, bravant épreuves et créatures mythiques afin de se tailler une place dans le panthéon des dieux. Zeus, dieu grec du tonnerre et du ciel, roi parmi les dieux, est d’une humeur généreuse et est prêt encore une fois à offrir une place à un mortel à ses côtés sur le Mont Olympe. Pour mériter cette place, vous devez toutefois accomplir 12 travaux prouvant votre valeur. Relevez le défi de Zeus avec l’aide de L’Oracle de Delphes.

Nombre de joueurs: 2 à 4 joueurs

Durée d’une partie: 60 à 90 minutes

Public: 12 ans et plus

Créateurs: Stefan Feld

Éditeurs: Matagot

Sortie: 2016

L’Oracle de Delphes est un jeu de type “ramassage et livraison” et de gestion d’actions qui nous vient du même créateur que Trajan. Chaque joueur possède trois dés de l’oracle qui lui permettent d’accomplir des actions en fonction des couleurs obtenues sur les dés. Dans un tour de jeu, un joueur doit s’assurer tout d’abord de ne pas avoir subi trop de blessures, puis, s’il est en état de continuer, dispose de trois actions. Ces actions peuvent être liées à la couleur du dé utilisé et servir pour déplacer son navire sur le plateau, explorer des îles, aller chercher offrandes et statues ou aller en faire la livraison sur les îles ou temples correspondants, vaincre des monstres, ériger des sanctuaires, soigner ses blessures ou encore augmenter l’appréciation des dieux. Il est aussi possible d’utiliser n’importe quel dé pour obtenir des faveurs des dieux, gagner une carte de l’oracle ou jeter un regard sur des tuiles d’exploration sans les activer. Les joueurs se font la course pour remplir 12 épreuves et retourner aux côtés de Zeus. Le premier qui termine tous ces exploits est déclaré vainqueur.

C’est un jeu dont le plateau est modulable. C’est à dire que plutôt de retrouver un plateau de jeu fixe qui ne change pas et qu’on déplie au centre de la table, ce plateau est constitué de plusieurs tuiles de différentes formes contenant des espaces en forme d’hexagones. Il faut donc commencer par mettre en place le plateau en assemblant les différentes pièces, soit en suivant les conseils de première mise en place dans le livre de règles ou non. Il faut prendre soin de bien placer les pièces pour s’assurer que les espaces d’océan soient tous connectés et qu’il est donc possible de naviguer partout sur la carte. Les tuiles sont réversibles et la seule différence est d’ordre esthétique. D’un côté, les tuiles d’eau comporte un hexagone de couleur représentant le dé à utiliser pour se déplacer sur ces espaces et le symbole du dieu de cette couleur est d’une couleur neutre pâle. De l’autre côté, que je trouve moins agressant pour la vue, comporte plutôt les symboles de dieux en couleur pour démontrer le dé à utiliser pour le déplacement et les hexagones de couleur sont réservés pour les îles à explorer. Je trouve que la seconde option est définitivement meilleure puisque le jeu est déjà suffisamment coloré sans ajouter des hexagones partout. Une fois la carte assemblée, il faut ensuite y ajouter les temples, les offrandes, les monstres, les statues et les jetons d’exploration des îles. Je ne vous mentirai pas, la mise en place du jeu est un peu longue et demande du travail. C’est un point en commun avec l’autre jeu de Stefan Feld, Trajan, que nous avons déjà essayé et je me demande si ça ne fait pas partie de la signature du créateur. Ceci étant dit, les tuiles modulaires permettent de créer des cartes vraiment différentes d’un jeu à l’autre et la distribution des autres éléments de façon aléatoire permettent une bonne rejouabilité.

Il y a également une petite mise en place pour des éléments de jeu dans une zone générale et pour chaque plateau de joueur, mais cette partie se fait assez facilement même si elle ajoute du temps à la mise en place du jeu. J’ai trouvé que l’allure générale de L’Oracle de Delphes était plus jolie que celle de Trajan et que les éléments remplissent leur rôle adéquatement. Cette opinion ne fut pas partagée par tous autour de la table. Certains joueurs ont trouvé très décevants les pièces de bois carrées avec un collant représentants les monstres ou les pièces représentant les sanctuaires, par exemple. Il y a tellement de jeux avec des figurines et des pièces de jeu très travaillées que certains joueurs sont facilement déçus par des pièces moins élaborées. Personnellement, j’ai été moins affecté.

Une chose sur laquelle tous s’entendaient, par contre, est le mauvais choix des couleurs pour représenter les joueurs. Il existe six couleurs dans le jeu qui correspondent à tous les autres éléments: dieux, statues, monstres, offrandes, temples, blessures, passagers et déplacements. Les quatre joueurs, comme dans tous les jeux, possèdent des plateaux avec des thème de couleurs et leur jeton de navire est de leur couleur également. Le problème est que ces quatre couleurs sont les même que quatre des six couleurs des éléments du jeu et il aurait été préférable que ce soient quatre couleurs complètement différentes car il n’y a aucune utilité à avoir les mêmes couleurs sinon semer de la confusion. Premièrement, il est plus difficile de localiser rapidement les navires des joueurs car ils se fondent dans le décor. Ensuite, les joueurs ont parfois le réflexe de penser qu’ils doivent accomplir une action dans leur couleur lorsqu’ils interagissent avec un sanctuaire de leur couleur, alors qu’ils doivent en fait vérifier la couleur de l’hexagone sur la tuile. C’est un détail qui ne semble pas si important tant qu’on ne se retrouve pas devant le jeu.

Le fonctionnement du jeu est aussi sujet à des opinions différentes. Il faut savoir que tous les joueurs doivent individuellement compléter les 12 travaux, mais que ces travaux sont les mêmes pour chacun d’entre eux. Il faut ériger 3 sanctuaires sur sa couleur, livrer 3 statues de n’importe quelle couleur, livrer 3 offrandes dont 1 de n’importe quelle couleur et 2 de couleurs spécifiques identiques pour tous les joueurs et le même principe de couleurs se répète pour les monstres à vaincre. J’ai d’abord cru que c’était très intéressant et surtout équitable que tous les joueurs possèdent les mêmes objectifs car cela laisse entendre que la difficulté devrait être la même pour tous puisque les éléments de jeu concernés sont au même endroits peu importe le joueur, à l’exception des îles de sanctuaires. Pourtant, après avoir joué, je me rends compte que ces objectifs communs ne sont pas toujours égaux car certains éléments de jeu seront disposés d’une façon à rendre la tâche facile pour le premier joueur qui passe, mais beaucoup plus difficile pour les suivants. Comme par exemple, un cube d’offrande rouge peut être très proche d’un temple rouge, donnant un avantage au premier joueur qui passe le chercher, mais les autres cubes rouges peuvent se trouver très loin du temple car les offrandes d’une couleur sont dispersées sur la carte. De plus, dans un système d’objectifs ou les joueurs font simplement la course pour terminer en premier, si un joueur commence à se démarquer des autres, on comprend rapidement qu’il peut être très difficile de le rattraper et sa victoire n’est pas une surprise à la fin du jeu et il n’y a pas de derniers points bonus qui peuvent faire une différence, c’est simplement une course. Je n’ai pas détesté cette façon de faire, mais certains joueurs ont eu l’impression d’avoir à compléter une liste d’épicerie et auraient apprécié un système de pointage dans la complétion des objectifs.

Pour ce qui est de la façon dont les tours se passent, j’ai personnellement beaucoup aimé. À la fin de son tour, le joueur relance ses dés oracles afin de savoir tout de suite quelles seront ses actions possibles au tour suivant. Lorsque bien gérée, cette mécanique de jeu permet de prendre moins de temps pendant son tour et d’améliorer le flot du jeu. À condition, bien entendu, que les joueurs se donnent la peine de regarder un peu leurs options et planifient leur prochain tour pendant que les autres joueurs jouent. Ceci dit, un autre aspect très intéressant de cette façon de fonctionner est que les autres joueurs sont sollicités pendant que les dés d’oracles sont lancés car ils pourraient leur permettre d’en bénéficier en gagnant de l’appréciation de certains dieux. Ensuite, il faut comprendre un principe fondamental qui est simple une fois bien appliqué: toutes les actions doivent être en fonction du dé. Si on utilise un dé bleu, on peut se déplacer sur un espace bleu, prendre une offrande bleue ou la livrer à un temple bleu, prendre une statue bleue et la livrer sur un emplacement bleu, battre un monstre bleu, ériger un sanctuaire sur un emplacement de notre couleur de joueur mais entouré d’un hexagone bleu, etc. C’est simple, c’est efficace. Il est possible d’utiliser des jetons de faveur pour changer la couleur des dés et on peut aussi utiliser des cartes d’oracle pour obtenir une action bonus d’une certaine couleur.

Les cotes de Mike (et des joueurs présents à la partie du mardi au Jeuxjubes, sur 10)

Esthétique: Mike 6 / Joueurs 5

Facilité d’apprentissage: Mike 7 / Joueurs 6

Bon fonctionnement des mécaniques: Mike 8 / Joueurs 7.5

Appréciation générale: Mike 8 / Joueurs 6.5

Les opinions ont été très partagées concernant ce jeu. Certains joueurs ont simplement eu l’impression qu’il manquait de liberté ou de pointage dans les objectifs à accomplir, que l’aspect aléatoire du placement des pièces de jeu pouvait rendre la partie vraiment trop facile ou trop difficile pour certains joueurs et simplement que le visuel était trop ordinaire à leur goût. D’autres se sont rangés plutôt de mon côté en disant que bien que le jeu ne soit pas bouleversant visuellement, le fonctionnement des règles est très efficace et le flot du jeu est très bien géré et agréable. C’est sans parler en plus des pouvoirs spéciaux que l’on peut obtenir de la part de certains dieux et de cartes d’équipements et d’équipage.

Si vous aimez les jeux de ramassage et de livraison et que vous aimez pouvoir planifier votre tour, vous devriez faire l’essai de L’Oracle de Delphes. Il est difficile de dire à qui le jeu peut convenir ou non, car l’opinion de certaines personnes m’a prise par surprise. Je serais très intéressé de l’essayer à nouveau avec une carte différente et de faire des essais différents avec les objectifs.

Revenez la semaine prochaine pour une autre découverte de jeux! Comme toujours, n’hésitez pas à laisser commentaires, questions et suggestions sur l’article et de cliquez sur l’icône de coeur près du titre (équivalent au “like” de facebook ou le coeur de instagram).

Soyez bon joueur!

Compte instagram: rmike81


Michel Rondeau

Grand fan de jeux de toutes sortes. On me dit bon vulgarisateur pour présenter des jeux et accompagner les nouveaux joueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *