Salut les gamers!

Retournez à l’âge des découvertes. Imaginez-vous au 15e-16e siècle alors que l’Empire Ottoman règne sur la Méditerranée et vous devez chapeauter des équipages de marins afin de découvrir une nouvelle route vers les Indes et en ramener les richesses. Prenez soin de bien calculer vos actions dans le jeu de cette semaine, il est temps de partir En Route vers les Indes.

Nombre de joueurs: 3 à 4 joueurs

Durée d’une partie: 60 minutes

Public: 14 ans et plus

Créateurs: Hisashi Hayashi

Éditeurs: iello

Sortie: 2013

En Route vers les Indes est un jeu d’économie et de gestion. Les joueurs incarnent des nobles qui gèrent des équipages de marins et de marchands dans leur découverte de nouvelles voies vers les Indes dans le but d’y faire la vente de marchandises. Chaque joueur n’a que deux points d’actions à son tour à dépenser. Il doit faire son choix et tirer au maximum de ces deux actions parmi plusieurs disponibles. Tout ce que le joueur possède est géré par des cubes: les bateaux, les marchandises, l’argent et les points de victoire. Les joueurs sont amenés à non seulement tenter de générer des revenus et faire des placements de points, mais aussi à gérer les ressources nécessaires pour pouvoir marquer leurs points et leurs richesses. Le jeu se poursuit jusqu’à ce que tous les ports maritimes soient découverts (les cartes exploration) ou que deux joueurs aient réussis à mettre tous les cubes en jeu.

Habituellement, les petits jeux de iello de cette dimension sont simples et rapides. Celui-ci fait (un peu) exception. Tout d’abord, la lecture des règlements du jeu est un peu plus lourde que ce à quoi on s’attend. Des noms sont donnés aux cubes en fonction de l’endroit où ils sont placés et à la première lecture on peut croire que ce détail est important alors que ce n’est pas vraiment le cas. Il y a plusieurs options d’actions dans un tour de joueur et certaines actions comprennent des sous-options et bien que lorsque l’on a appris toutes les options et qu’on les saisit bien, ce n’est pas toujours clair à la première lecture et il y a des subtilités qui peuvent nous échapper. C’est peut-être dû au petit format du livret (bien entendu en fonction de la dimension de la boîte) qui ne permet pas d’avoir de belles grandes images d’exemples et un aperçu plus général en un seul coup d’oeil de ce dont le jeu a l’air pendant les phases de jeu. Car bien que des images soient présentes pour bien faire comprendre comment fonctionnent l’anatomie des cartes, les actions de jeu ne sont pas illustrées et ne présentent pas d’exemples. Quoi qu’il en soit, je me suis retrouvé à relire quelques passages à plusieurs reprises afin de m’assurer d’avoir bien saisi et c’est seulement en mettant le jeu en place que j’ai pu confirmer ma compréhension de comment fonctionne toutes les options du jeu.

Un détail extrêmement important dans les règlements concerne la charte de valeur des marchandises et il est facile de se tromper en lisant un peu trop rapidement. Une illustration nommant les six types de marchandises existantes est présente et ensuite un tableau nous indique combien de richesses et de points de victoires chaque ressource vaut en les numérotant de 1 à 6. Est-ce qu’il n’aurait pas été possible de simplement remettre le symbole des ressources plutôt que de mettre des numéros de 1 à 6? Non, car il ne s’agit pas de la valeur de chacune des six marchandises mais bien de la valeur que rapporte votre vente de marchandises en fonction de la quantité de marchandises différentes que vous vendez en même temps. Il n’y a donc aucun avantage à vendre 3 fois la même marchandises, ça ne vaut qu’une seule richesse alors que vendre 3 marchandises différentes rapporte 3 richesses et 1 point de victoire. J’ai initialement mal lu cette partie et j’avais cru que l’épice valait, à elle seule, 6 richesses et 4 points de victoire. Je vous garantie que ça change énormément le jeu!

Une fois l’apprentissage fait, il n’est pas trop difficile d’expliquer le jeu aux autres personnes avec le jeu devant soi. On peut plus facilement englober quelques éléments ou donner des exemples. Essentiellement, à son tour, un joueur peut faire deux actions parmis les options suivantes: dépenser une richesse pour ajouter un cube de sa réserve à Lisbonne, déplacer tous ses bateaux (ce qui inclut les déplacer d’une carte à l’autre ou les transformer en marchandise), vendre des marchandises, construire un bâtiment, obtenir une technologie ou augmenter la vitesse de ses bateaux. L’étape essentielle est de penser à ajouter des cubes de sa réserve à Lisbonne. Comme mentionné précédemment, les cubes servent pour tout, à l’exception des technologies qui sont gérées par trois disques. Il est donc inutile de pouvoir vendre des marchandises pour une grande quantité de richesses et de points si on ne possède pas déjà les cubes nécessaires sur nos cartes de ressources et de points et qu’il n’y a pas de cubes présents à Lisbonne car lorsqu’un cube de richesse ou de point atteint le maximum de la carte (numérotée de 1 à 5), il ne peut aller plus loin et il faut qu’un second cube, provenant de Lisbonne et non de la réserve, soit ajouté à la carte pour continuer de compter les richesses/points.

Je n’étais pas habitué à ce type de mécanique de jeu car habituellement le décompte de points ou de richesses est traité individuellement. C’est une nouvelle façon de faire que j’ai beaucoup apprécié et j’ai trouvé que cette dimension apportait beaucoup d’intérêt au jeu et j’ai aimé le défi qui en découlait. C’était agréable de découvrir une mécanique différente, car je serai honnête ce n’est pas pour le visuel que l’on veut essayer ce jeu. C’est malheureusement le lot de certains mini-jeux. L’anatomie des cartes est certainement bien pensée par rapport au fonctionnement du jeu, mais ce n’est pas à la hauteur de bien d’autres jeux qui sont agréables autant visuellement qu’à l’expérience de jeu.

Les conditions de fin de partie sont les suivantes: si un joueur explore la dernière ville côtière ou si 2 joueurs n’ont plus de cubes en réserve. Lorsque j’y ai joué, j’ai tout de suite vu un problème avec ces conditions de fin, car le joueur qui déclenche la fin de jeu termine son tour et ensuite tous les autres joueurs, mais pas lui, disposent d’un tour supplémentaire avant la fin de la partie. Ça peut ne pas sembler être le cas, mais explorer les 12 cartes de villes côtières peut prendre du temps. D’autant plus que ce n’est pas à chaque tour que les joueurs prendront le temps d’explorer une nouvelle carte car elles sont de plus en plus éloignées de Lisbonne et qu’il est important de prendre le temps de marquer des points pendant la partie. Un joueur qui croit être en avance et qui sort son dernier cube de la réserve n’enclenche pas la fin du jeu, il ne peut donc pas profiter de son avance de points pour terminer rapidement la partie et gagner. Cependant, il peut continuer d’essayer d’augmenter ses points en ayant à sa disposition un cube de plus que les autres. Le deuxième joueur à sortir tous ses cubes, lui, doit absolument avoir une bonne avance car tous les autres joueurs auront la chance d’aller chercher quelques derniers points. Je crois qu’il serait intéressant que soit le joueur qui déclenche la fin de la partie puisse aussi avoir un dernier tour ou que le jeu se termine après qu’un joueur ne possède plus de cubes en réserve.

Les cotes de Mike (et des joueurs présents à la partie du mardi au Jeuxjubes, sur 10)

Esthétique: Mike 5 / Joueurs 5.5

Facilité d’apprentissage: Mike 6.5 / Joueurs 7

Bon fonctionnement des mécaniques: Mike 7.5 / Joueurs 7

Appréciation générale: Mike 7 / Joueurs 6

En Route vers les Indes est un petit jeu intéressant avec des aspects de jeu que j’ai rarement vu auparavant. Comme je l’ai mentionné, il y a plusieurs subtilités dans les règles auxquelles il faut prendre garde. Je sais que quelques jours avaient tout d’abord mal compris l’action de déplacement des bateaux et prenaient une action pour déplacer chaque bateau plutôt que de tous les déplacer en une seule action. La charte de valeur des marchandises qui peut être mal interprétée fait aussi une énorme différence. Ceci étant dit, pour un jeu à seulement 20$, je vous recommande d’en faire l’essai. Vous pourriez être surpris.

Revenez la semaine prochaine pour une autre découverte de jeux! Comme toujours, n’hésitez pas à laisser commentaires, questions et suggestions sur l’article et de cliquez sur l’icône de coeur près du titre (équivalent au “like” de facebook ou le coeur de instagram).

Soyez bon joueur!

Compte instagram: rmike81


Michel Rondeau

Grand fan de jeux de toutes sortes. On me dit bon vulgarisateur pour présenter des jeux et accompagner les nouveaux joueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *