Salut les gamers!

Sherlock Holmes et Moriarty sont des rivaux bien connus.  Une fois de plus, ces deux esprits s’affrontent et il s’agit d’une course à la bombe. Ils ne sont toutefois pas seuls! Sherlock Holmes fera appel à ses partenaires afin de désamorcer la bombe, mais c’est sans compter les acolytes de Moriarty qui oeuvrent clandestinement dans le but d’assurer le déclenchement de la bombe.  De quel côté serez-vous?  Saurez-vous identifier qui est votre allié et qui est votre adversaire avant qu’il ne soit trop tard?  Venez aiguiser vos talents de négociateurs dans le jeu de cette semaine:  Time bomb!

Nombre de joueurs: 4 à 8 joueurs

Durée d’une partie: 15 minutes

Public: 8 ans et plus

Créateur: Yusuke Sato

Éditeur: iello

Time bomb est un jeu de négociation, de chance et de bluff.  Les joueurs reçoivent en début de partie une carte de personnage qui leur indique à quelle équipe ils appartiennent: les bleus sont avec Sherlock Holmes, les rouges avec Moriarty.  Bien entendu, cette information doit demeurer secrète. Les joueurs reçoivent ensuite des cartes de câbles.  Certaines cartes sont sans effets, certaines servent à désamorcer la bombe et une carte provoque l’explosion immédiate de la bombe.  Les joueurs regardent les cartes qu’ils ont reçu, les mélangent et les posent sur la table devant eux, faces cachées, faisant en sorte qu’ils savent quels types de cartes ils ont sans savoir comment elles sont disposées.  Les bleus doivent retrouver toutes les cartes de désamorçage sans révéler la carte d’explosion avant la fin du 4e tour de jeu.

Les gens qui connaissent les jeux Resistance ou Avalon retrouveront rapidement leurs points de repère dans ce jeu.  Ceci dit, même ceux qui n’ont peut-être pas été tant charmé par ces titres pourraient trouver un nouvel intérêt à ce type de jeu grâce à Time bomb. À la base, c’est un aspect de jeu classique.  Tout le monde se déclare “bleu” (après tout, il est permis et fortement encouragé de mentir dans ces jeux) et essaie de convaincre la table de ses bonnes intentions.  En même temps, les rouges tentent d’identifier qui peut avoir l’air suspect sans toutefois attirer l’attention sur eux.  Contrairement à Resistance et Avalon dans lesquels les joueurs discutent entre eux pour choisir qui participe ou non à une mission, laissant alors très peu de possibilités aux joueurs d’étoffer une stratégie, Time bomb ajoute une couche de plus au jeu avec les cartes de câbles que les joueurs doivent couper.  

Toutes les tactiques ont leur mérite et peuvent être bonnes en certaines occasions.  Un joueur rouge peut avoir en sa possession des cartes de désamorçage mais prétendre avoir la bombe pour éviter que les joueurs bleus coupent ses cartes de câbles et progressent dans le jeu. À un autre moment un joueur bleu pourrait avoir la bombe en sa possession et choisir d’en informer les autres joueurs pour éviter que les bleus ne choisissent de couper ses cartes câbles, mais s’exposant ainsi aux rouges qui pourraient tenter le coup (au risque de s’exposer eux-mêmes).  L’important est de communiquer autour de la table.  Personne n’aura confiance en personne, jusqu’au moment où toute la confiance règnera en un seul joueur qui se révélera peut-être ensuite jouer pour l’équipe adverse.  

Dans la gamme des jeux de party et de groupe, c’est un jeu qui est vite devenu un coup de coeur pour moi.  Les cartes câbles sont une couche d’élément supplémentaire qui fait toute la différence.  Ces cartes donnent des plus grandes possibilités de stratégies aux joueurs, plus de latitude et surtout plus d’interactivité entre les joueurs.  Lorsqu’une carte câble est choisie par un joueur, la pince est placée devant la carte visée et elle se retrouve alors dans les mains du joueur devant qui la carte coupée se trouvait.  Il faut donc prendre soin non seulement de bien choisir la carte que l’on souhaite révéler, mais aussi à quel joueur on remet ensuite le pouvoir de révéler une carte en coupant un câble.

Lors de la soirée d’essai au Jeuxjubes, nous étions 7 joueurs et ce fut un immense succès.  Le jeu semble favoriser peut-être un peu les rouges, mais c’est un phénomène qui est présent dans la plupart des jeux qui présentent des joueurs de deux équipes qui s’affrontent “dans le secret”.  Il est tout à fait possible que la balance soit changeante d’après le nombre de joueurs autour de la table, la distribution des cartes personnages étant alors différentes, mais surtout en fonction des joueurs qui composent le groupe.

Les cotes de Mike (et des joueurs présents à la partie du mardi au Jeuxjubes, sur 10)

Esthétique: Mike 7 / Joueurs 7,5

Facilité d’apprentissage: Mike 9 / Joueurs 9

Bon fonctionnement des mécaniques: Mike 9 / Joueurs 8,5

Appréciation générale: Mike 8 / Joueurs 8

Je crois que Time bomb ne prétend pas être plus qu’il est, soit un bon petit jeu rapide, avec un design joli sans être sur-développé et restant donc simple mais efficace.  Un bon petit jeu de ce genre qui se joue jusqu’à 8 est très intéressant à avoir sous la main.  Cependant, il y a un effet secondaire directement lié: il faut être au moins 4 pour y jouer et possiblement au moins 5 ou 6 pour en tirer pleinement profit.

Revenez la semaine prochaine pour une autre découverte de jeux! Comme toujours, n’hésitez pas à laisser commentaires, questions et suggestions sur l’article et de cliquez sur l’icône de coeur près du titre (équivalent au “like” de facebook ou le coeur de instagram).

Soyez bon joueur!

Compte instagram: rmike81


Michel Rondeau

Grand fan de jeux de toutes sortes. On me dit bon vulgarisateur pour présenter des jeux et accompagner les nouveaux joueurs.

1 commentaire

Mathieu · 26 mars 2017 à 19 h 45 min

Étonnamment plaisant. Pas mon type de jeu normalement, mais en gang c’était vraiment amusant. Ne pas trop savoir comment jouer son rôle de gentil/méchant rendait le tout encore plus comique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *